Femme et franc-maçonne

 

Femme et Franc-Maçonne aujourd’hui : Face au Mur du Machisme et du Sexisme, une identité en quête de reconnaissance !

En 2019, la grande majorité des loges maçonniques à travers le monde interdit l’initiation des femmes ! C’est une réalité rétrograde, sexiste et sectaire et pourtant elle est réelle !

Bien que la Franc-maçonnerie mette en avant la liberté de conscience, revendique la pratique de l’Egalité et de la Fraternité, prône la recherche de la Justice en toutes choses, la Femme fait l’objet d’un ostracisme pratiquement général !

Dans de nombreuses loges la règle du Masculin prévaut jusque dans le vocabulaire ! Dans de nombreuses loges on impose une robe castratrice pour cacher toute trace de féminité ! Etre Femme et Franc-Maçonne est réservée à une minorité qui accepte de voir leur féminité bafouée pour pouvoir pratiquer les rituels maçonniques !

La femme en Franc-maçonnerie, quand elle été acceptée,  doit accepter de perdre son identité de femme et doit  se « mouler » dans les rituels masculins de l’initié !

Double peine en sorte : non seulement on lui refuse l’initiation maçonnique et quand on l’accepte on lui impose un modèle masculin !

Et malgré tout cela, les franc-maçonnes s’accrochent et certaines s’affirment !

Bien sûr, des francs-maçonnes acceptent de rentrer dans le moule du conformisme, de faire comme si de rien n’était et d’entendre les propos lénifiants des pontifes auto-proclamés de l’institution !

Comme dans la société profane, les femmes apprennent à courber l’échine avant un jour d’oser se révolter pour affirmer leurs droits et leurs identités ! En franc-maçonnerie, ce jour n’est malheureusement pas encore venu !

Il en en faudra du temps pour que, sur cette Terre, la Femme ne soit plus l’esclave de l’Homme ! Ah oui bien sûr en 2018, personne n’ose plus utiliser ce mot et pourtant la réalité n’est-elle pas de cette nature ?

Esclave sexuelle, esclave domestique confinée dans un rôle maternel, esclave économique que l’on sous-paye sans aucune gêne, esclave initiatique que l’on tolère par devant et qu’on dénigre allègrement  dans les conciliabules phallocrates !

La Franc-Maçonnerie n’appartient pas aux mâles ! Elle est une création de l’Humanité ! L’essentiel de son projet est de cultiver la Paix et de rechercher la Vérité ! Nul n’a le droit ni  les qualités pour se l’approprier par l’exclusive ! Seule la capacité de réaliser ces valeurs peut donner une crédibilité à celle ou à celui qui voudrait s’en réclamer !

Autant la démarche maçonnique est riche de potentialités, autant, aujourd’hui, celles et ceux qui sont chargés de l’administrer et de la faire vivre, ne vont pas jusqu'au bout de leur devoir d'égalité !

Vive la Franc-Maçonnerie Universelle !  Vive l’égalité des genres ! Vive la liberté d’initier ! Vive le 8 mars, journée de toutes les femmes !

 

Hommage à Hubertine Auclert …

La femme toujours objet de souffrance sociale !

 

 

Le 10 avril on fête la mémoire d’Hubertine Auclert (1848-1914) !

 

Quelle passion que cette vie ! Quelle exigence sans cesse énoncée pour revendiquer l’égalité essentielle ! Quelle avance sur son temps y compris sur les féministes de son époque !

 

Maria Deraisme était une affreuse « collaborationniste »  à côté d’Hubertine Auclert  pour qui le féminisme n’avait pas besoin des hommes !

 

Hubertine Auclert restera une figure particulière remarquable par sa capacité à ne pas taire une revendication essentielle, le suffrage féminin, même si celui-ci en ce début du XXème  siècle n’était même pas soutenu par l’ensemble des mouvements féministes !

 

Mais même Hubertine Auclert n’avait pas prévu que le suffrage accordé aux femmes,  en France après la 2ème guerre mondiale, ne suffirait pas à les préserver du machisme et de la ségrégation !

 

S’il faut des femmes résolues et engagées pour défendre leurs droits, il faudra encore des années pour convaincre la majorité des femmes de ne pas accepter leur condition d’objet de souffrance sociale !

 

Cette capacité d’accepter des demi-mesures, de courber l’échine, de ne pas oser protester et de se mouler dans la contrainte explique en grande partie l’insolence masculine pour imposer ses codes.

 

Et malheureusement les loges maçonniques féminines ne sont pas spécialement à la pointe de cette dénonciation de l’oppression féminine. Car en loge les femmes se doivent aussi d’accepter les exigences masculines que recèlent aussi bien les habitudes que les rituels !  

 

Et malheur à celles d’entre nous d’oser exprimer le vécu de la « modélisation » féminine aux phantasmes ésotériques masculins  : sauf circonstances particulières, elles devront partir !

 

Le genre dans l'écriture 

 

 

Ecriture inclusive, langage épicène, lutte contre le harcèlement sexuel, la féminité se révolte et c’est bien, n’en déplaise aux machistes et aux sexistes qui ne connaissent de la vie que leurs égos !

En 2018, le jury de la GLFF a décerné à Eliane Viennot le Prix du Droit des Femmes !

 

Anesthésiées par ce déni du féminin qui imprègne encore de nombreux cercles maçonniques, de nombreuses obédiences féminines et les ateliers supérieurs, en Machisme et Sexisme, il est réconfortant de voir que la GLFF assume avec courage notre droit à exiger le respect qui nous est du !

 

Sans mettre sur le même plan la lutte contre le harcèlement sexuel et le combat pour la reconnaissance de l’écriture inclusive, ne sont ce pas les deux faces d’une même pièce ?

 

Dans ce monde où la violence masculine n’en peut plus de se donner libre cours pour vivre sa jouissance, notre rébellion passe pour incongrue, exagérée, déplacée !

 

Et il aurait fallu que les francs-maçonnes se taisent et acceptent ? 

 

C’est fini !

 

Messieurs prenez garde et sachez être respectueux à notre égard !

 

Le temps de la mansuétude est terminé !

 L'Idéal Maçonnique,

Objectif Sagesse !