Le Parcours maçonnique

Il y a plusieurs manières de parler du parcours maçonnique :

Le parcours maçonnique formel se résume au passage par les différents stades (grades ou degrés) qui ont été élaborés dans des rituels pour donner une certaine progressivité à l'acquisition des connaissances maçonniques ; il est cependant nécessaire de rappeler que ce modèle de progressivité de la démarche maçonnique n'a qu'un contenu symbolique. Il n'y a pas de hiérarchisation formelle dans cette acquisition de connaissances pour toutes celles et tous ceux qui ont souhaité s'impliquer dans l'initiation maçonnique. 

Il y a aussi l'expérience accumulée par les fonctions assumées au service des loges et des obédiences ; cette expérience n'est pas vraiment quantifiable car chacun sait bien qu'il y a plusieurs manières d'exercer des fonctions organisationnelles qui ont surtout pour but de faciliter le lien collectif.

Le parcours maçonnique est d'abord et avant tout une démarche personnelle qui se fait au rythme de l'individu car cela suppose beaucoup de travail personnel , de nombreuses lectures et la volonté de comprendre l'évolution du vivant.

Le premier objectif à atteindre  est de s'approprier un contenu de connaissances qui est résumé dans le schéma ci-dessous ; nous vivons dans un monde où il y a le meilleur et le pire ; l'appropriation de l'idéal maçonnique consiste à intégrer dans sa propre existence ce qu'il y a de meilleur dans les traditions, les morales des différentes cultures et les philosophies soucieuses d'élever la conscience des êtres humains.

 

Pour cela nous disposons de quatre outils fondamentaux :

  • le travail sur soi,

  • la communication avec les autres,

  • la méditation

  • et la recherche livresque mais aussi ésotérique.

Le parcours maçonnique peut être linéaire et se dérouler dans une certaine continuité mais il peut aussi être discontinu avec des périodes de pause ou de rupture.

Une des particularités du parcours maçonnique c'est qu"il n'est pas affecté par une éventuelle démission ou radiation d'une loge ou d'une obédience car l'initiation maçonnique est acquise.

Seule la mort met fin au parcours maçonnique bien que de nombreux maçon(ne)s pensent que la mort n'est qu'un changement d'état et que le parcours peut continuer dans "l'au-delà".

Bien qu'il existe des loges où on aime offrir des médailles pour un parcours maçonnique de plusieurs dizaines d'années, (pratique puérile et sans intérêt autre que de cultiver la pratique des éloges), il n'y a aucune "gloriole" à revendiquer une ancienneté maçonnique ; que l'on soit jeune ou vieux (vieille), l'important c'est d'abord la qualité du partage que l'on peut vivre !

 L'Idéal Maçonnique,

Objectif Sagesse !