top of page

Des Mystères au Mystère : Chut !



Ayant été sollicité, bien que n’appartenant pas à la GL-AMF, pour faire une recension des Cahiers de l’Alliance, en toute indépendance d’esprit et sans flagornerie, je dois dire que ce dernier numéro consacré au Mystère, suscite un grand intérêt.


Le choix rédactionnel de titrer sur « Le » mystère au singulier alors qu’en franc-maçonnerie on a plutôt coutume de parler « des » mystères, au pluriel, n’est pas anodin.


Au pluriel, tout est clair !


Comme toujours en franc-Maçonnerie, tout part de la Bible, première référence de la pensée maçonnique. Il y fait référence aux mystères dans cinq occurrences :

- Dans la Première épître aux Corinthiens :

o Chapitre 4, (verset 1) : « Ainsi, qu'on nous regarde comme des serviteurs de Christ, et des dispensateurs des mystères de Dieu. »

o Chapitre 13 (verset 2) :

§ 01 J’aurais beau parler toutes les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, s’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante.

§ 02 J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, j’aurais beau avoir toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien.

§ 03 J’aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés, j’aurais beau me faire brûler vif, s’il me manque l’amour, cela ne me sert à rien.

o Chapitre 14 (verset 2) : « En effet, celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne le comprend, et c'est en esprit qu'il dit des mystères. »

- Dans l’Evangile selon Saint Matthieu :

o 10 Les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent : « Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? »

o 11 Il leur répondit : « À vous il est donné de connaître les mystères du royaume des Cieux, mais ce n’est pas donné à ceux-là.

o 12 À celui qui a, on donnera, et il sera dans l’abondance ; à celui qui n’a pas, on enlèvera même ce qu’il a.

o 13 Si je leur parle en paraboles, c’est parce qu’ils regardent sans regarder, et qu’ils écoutent sans écouter ni comprendre.

- Dans l’évangile selon Saint Luc (chapitre 8)

o 08 Il en tomba enfin dans la bonne terre, elle poussa et elle donna du fruit au centuple. » Disant cela, il éleva la voix : « Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende ! »

o 09 Ses disciples lui demandaient ce que signifiait cette parabole.

o 10 Il leur déclara : « À vous il est donné de connaître les mystères du royaume de Dieu, mais les autres n’ont que les paraboles. Ainsi, comme il est écrit : Ils regardent sans regarder, ils entendent sans comprendre.

o 11 Voici ce que signifie la parabole. La semence, c’est la parole de Dieu.


Il est clair que les mystères qu’évoque la Bible se comprennent comme des enseignements accessibles à ceux qui s’engagent aux côtés de Jésus-Christ. En cela, ils n’ont rien de vraiment mystérieux ! Cette approche biblique des mystères est fidèle à qu’il en était dans la religion égyptienne. Les premiers rituels maçonniques, logiquement, reprennent cette interprétation. Ajoutons que dans le monde anglophone, on évoque plus souvent le secret, relatif à ces enseignements, que les mystères.


Au singulier, on est dans un autre registre :


22 occurrences dans la Bible ! Le mystère devient alors l’inconnaissable, ce que l’on ne peut pas expliquer (Corinthiens chap. 2, verset 7 : « Mais nous parlons de la sagesse de Dieu dans un mystère, c'est-à-dire la sagesse cachée, que Dieu a ordonnée devant le monde pour notre gloire! »


On verra que parmi les auteurs, certains voient autre chose dans le mystère.


Les contributions de ce numéro se font dans plusieurs registres.


Bertrand VERGELY signe un article phare qui explore la voie théologique négative.

Indubitablement c’est l’élément fort de ces cahiers de l’Alliance, non pas que les autres articles soient inconsistants mais simplement parce que Bertrand VERGELY nous entraîne dans une dialectique qui n’est pas habituellement utilisée dans les réflexions maçonniques ! Il faut accepter cette invitation tout en comprenant qu’elle nous obligera d’une part à entrer dans un langage spécialisé, ce qui est intellectuellement stimulant, et que d’autre part elle ne peut être compréhensible que si on accepte un dogme « Pensons que l’on connaît Dieu de ne pas le connaître. Un retournement s’opère. » ! Il faut peut-être préciser que notre frère Bertrand a un bagage théologique conséquent (philosophe, théologien et essayiste français. Normalien, agrégé de philosophie) et qu’il sait de quoi il parle !


Jean-Michel MENCIA-HUERTA, lui, choisit un registre plein d’humour avec une forte implication personnelle. A partir de son propre vécu, l’auteur nous retrace sa propre évolution ! C’est du pur authentique !


Pierre Pelle Le Croisa garde sa spécificité, d’homme de culture, en jouant avec les mots, un voyage dans l’univers des sens avec beaucoup d’élégance ! On y rencontre l’absurde, la dérision et … l’ignorance !


Richard BACIN nous renvoie à l’inévitable référence à la Grèce antique avec une entrée sur les cultes dionysiaques ! Chacun sait que l’accès aux mystères dionysiaques se faisaient sous l’emprise de substances psychotropes dont le vin ! Un clin d’œil peut-être avec les pratiques addictives profanes contemporaines qui offrent une palette assez performante.


Jacques DI COSTANZO occupe le rôle du médecin sceptique sur la capacité de la science à approcher la Vérité ! Pour autant il n’est pas entièrement fermé à une évolution : « Si la Vérité n’est peut-être pas naturellement inscrite dans nos neurones, il est fort probable que le cerveau, l’outil de plus en plus performant dont l’homme a été doté par le Créateur, ne soit un jour en mesure d’accomplir, à l’échelon de l’humanité, la mission qui lui a été assignée. »


Gaston-Paul EFFA évoque la poésie pour appréhender le mystère. C’est une approche originale et pleine de sensibilité ! On pourra regretter que l’auteur n’illustre pas son propos avec des vers !


Jean DUMONTEIL, le directeur de publication des Cahiers de l’Alliance, conscient du « terrain miné par les contresens », s’en tient à une approche consubstantielle du mystère dans la démarche maçonnique en mettant en exergue l’acceptation, le silence, l’humilité et la fraternité.


Fred PICAVET, Grand Maître de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française, signe un éditorial qui donne au mot « Mystère » ce qu’il considère comme l’inconnue de l’origine de la vie. Il y associe la « parole perdue » : c’est une opinion respectable mais n’est-elle pas à contresens pour un-e initié-e ?


La quête de la connaissance des « Mystères » continue d’être un des arguments de celles et ceux qui voient dans la démarche maçonnique un contenu essentiellement mystique ; on voit bien que cette interprétation n’est pas intellectuellement très motivante ni très crédible. Si au XVIIIème siècle la croyance en Dieu faisait partie, de façon naturelle, du corpus maçonnique, il est clair qu’aujourd’hui, en particulier dans la franc-maçonnerie française, c’est devenu une option qu’il faut justifier ; ce numéro des Cahiers de l’Alliance offre peut-être des réponses qui pourront alimenter des réflexions.


Observons, tout de même, que, bien que les connaissances scientifiques actuelles donnent des pistes permettant de comprendre l’apparition du vivant, il y a 3,7 milliards d’années, à partir d’éléments chimiques capables de se combiner pour créer les premiers acides aminés, tout se passe comme si, encore aujourd’hui, un certain déni ne leurs accordait aucune crédibilité, au point d’y voir encore un mystère !


Le ou les mystères ont-ils encore un sens aujourd’hui dans la démarche maçonnique ? That’s the question !


 


Les Cahiers de l'Alliance N°10 - En quête du Mystère

18,00 € TTC - 115 pages

Editions Numérilivre



Table des matières

Avant-propos- En quête du Mystère - Fred PICAVET Dans la simplicité et la générosité du mystère - Jean DUMONTEIL L’apophatisme, approche du Mystère - Bertrand VERGELY Le nouvel Orphée ou la poésie pour entrer en Mystère - Gaston-Paul EFFA La Vérité, perpétuel mystère, est-elle inscrite dans nos neurones ?- Jacques DI CONSTANZO Les cultes dionysiaques - Richard BACIN Un petit « Rien » du « Tout » ! - Pierre PELLE LE CROISA Le cheminement du maçon…? Un vrai mystère ! - Jean-Michel MENCIA-HUERTA.


Illustrations

Couverture et page 2 : Tête d’Athéna, Asie mineure, (160 à 150 av. J.-C.). J-P Getty Villa museum à Malibu. Gibon Art©Alamy

Page 19 : Le savoir, Jean-Michel Folon. © Fondation Folon, ADAGP/Paris, 2021

Page 34 : La chaise de Vincent, Vincent van Gogh (1888) ©Wikimedia Commons

Page 39 : Clair de lune, Igor Mitoraj (1944 – 2014). Sculpture en bronze dans les dunes près du musée Beelden aan Zee, à Scheveningen, La Haye, Pays-Bas.©Alamy

Page 47 : Lamentation d’Orphée, Alexandre Séon (vers 1896), Musée d’Orsay. ©akg

Page 63 : Galatée en formation, Salvador Dalí (1954). Exposition « Gala Salvador Dalí », Musée National d’Art - Catalan.©Alamy

Page 67 : Le culte de Dionysos, fresque de la villa des Mystères à Pompéi. ©wikimedia commons

Page 69 : Scène dionysiaque sur un sarcophage grec (210 après J.-C.) Musée Pouchkine, Moscou.©wikimedia commons

Page 79 : Figure de Dionysos ornant un vase Médicis. Collection particulière© photo Dominique Brugière

Page 88 : Texte de Zao Wou-ki sur le sens de son art. Exposition « Zao Wou-ki », Hôtel de Caumont à Aix-en-Provence, 2021. ©photo PPLC

Page 101 : Ennéagramme, Roberto Mattiello (1934-1991). L’artiste utilise l’art du mandala pour proposer une méditation sur les mystères de l’univers. Collection particulière© photo Dominique Brugière

Page 109 : Illustration de Jakin. BD réalisée pour la loge « La Marelle » à Tours. ©Jakin. BD

Page 113 : Voyages du Compagnon, Illustration de Jakin. BD - ©Jakin. BD

442 vues1 commentaire

1 Comment


Pour saluer et remercier voici quelques mots :

COMPRENDRE LES MYSTERES DE LA VIE

Quels sont les mystères

Ici entre ciel et terre ?


Ta question réveille mon esprit

Et je t’en remercie


Après mon sommeil

Voilà mon réveil


Je sens le souffle de la vie

Le bon air me suffit


J’ouvre les yeux

Et regarde vers les cieux


Tout simplement

Je les referme calmement


Je les ouvre avec un regard neuf

Et sors de mon œuf


Alors je vois, je sens, je réfléchis

Car dans cette vie tout m’éblouit


Chaque paysage m’instruit

Chaque personne m’instruit

Chaque plante m’instruit

Chaque animal m’instruit


Tout près, tout près, comme cela

Regarde bien au plus près de toi !


Alors c’est quand même…


Like
bottom of page