top of page
Rechercher

Edito décembre 2022 : La Franc-Maçonnerie, un potentiel international à prendre en compte




Le fonctionnement actuel du mouvement maçonnique international


Il a des aspects positifs et d’autres qui sont manifestement rétrogrades et contreproductifs :

  • les aspects positifs :

  • permettre à un groupe d'êtres humains d'échanger et de partager une fraternité au niveau d’une loge fut, à n’en point douter, une stratégie avant-gardiste qui montre toujours sa pertinence même si l’absence de formation à la dynamique de groupe est aujourd’hui une lacune qui mériterait d’être comblée ;

  • la dynamique universelle internationale est également un atout important même si elle est difficilement mise en œuvre au niveau des loges et se résume au niveau des obédiences à un jeu d’alliances formelles ;

  • Malgré les réticences de celles et ceux qui ont peur d’aborder les questions sociales et culturelles en loge, le mouvement maçonnique au niveau des maçon(ne)s s’intéresse à ces questions ;


  • Les aspects négatifs :

  • Le schéma d’organisation avec ses deux pôles, le niveau local avec les loges, et le niveau central avec les obédiences, et un renouvellement annuel des responsabilités, ne remplit pas son rôle de facilitateur de la communication interne et externe ;

  • L’existence de deux systèmes de responsabilités, les obédiences et les rites, introduit une confusion préjudiciable à la cohérence de l’ensemble ;

  • La notion de laboratoire d’idées est polluée par le mythe démocratique et la pratique de la synthèse ; au final, ce potentiel d’innovation n’est pas exploité comme il mériterait de l’être ;

  • Le rituel peut apparaître comme sclérosant et dogmatique s’il n’est pas adapté à la spécificité d’un travail moderne en groupe.

  • Le fonctionnement des hauts grades introduit illusion et clientélisme : sur une pseudo valorisation qualitative, il détourne le fonctionnement des loges bleues qui se trouvent déposséder de toutes leurs prérogatives pour ne plus être que des zones de passages obligés.

La franc-maçonnerie, quel avenir dans ce 21ème siècle ?


Si on voulait résumer les 3 premiers siècles de son existence on pourrait écrire : « Peut mieux faire ! » Cela pourrait paraître un brin condescendant et prétentieux car comme toute formule, l’expression est réductrice mais elle se comprend au regard du défi que la franc-maçonnerie voulait relever : retrouver la paix dans une société en guerre sur la base d’une valeur travail transposée du plan opératif au plan spéculatif, c'est-à-dire sur le plan éthique.

Inventée par une société anglaise aux bords de l’implosion, adoptée par les bourgeoisies des grands pays maitres du monde, instrumentée par les grands et les petits pouvoirs, parcellisée en une multitude de moyennes et petites organisations, la franc-maçonnerie continue à intéresser sans pouvoir vraiment fidéliser et développer une audience qui reste malgré tout confidentielle !


Au final, la franc-maçonnerie se résume aujourd’hui en un petit réseau de structures ayant un statut institutionnel et jouant essentiellement un rôle dans une socialisation.


Si on analyse l’histoire des mouvements collectifs et de leurs organisations, on voit bien que leur évolution passe toujours par trois phases avec :

  • Une phase émergente boostée par une conjonction de soutiens et une diffusion par les réseaux existants ;

  • Une phase d’organisation et de structuration du mouvement ;

  • Une phase de diffusion et de consolidation.

Selon le mouvement et l’organisation, selon les moments historiques, et aussi selon les conflits d’intérêts et de pouvoir, ces trois phases peuvent s’étendre sur plusieurs dizaines d’années, parfois être suivies d’une phase de régression avant de connaître une nouvelle embellie ou une quasi disparition.


Cette évolution peut, bien sûr, s’analyser globalement mais aussi aux différents niveaux géographiques des territoires terrestres. Ainsi en est-il pour les mouvements religieux, sociaux, politiques ou culturels.

Le mouvement maçonnique s’est très vite placé à un niveau international ; même si secondairement un reflux sur des positions nationales a pu être observé. Plusieurs contextes ont interféré :

  • A la phase émergente (1720 – 1800):

  • le discrédit des sectes protestantes pourvoyeuses d’une instabilité sociale

  • La crise de l’église catholique

  • l’appui d’une grande partie de l’intelligentsia anglaise et anglophile

  • l’Europe « des lumières »

  • La révolution française de 1789

  • L’expansionnisme européen

  • La formation des Etats-Unis d’Amérique


  • A la phase d’organisation et de structuration (1800 – 1870) :

  • L’appui du royaume d’Angleterre

  • La récupération napoléonienne

  • L’intégration à la constitution américaine


  • A la phase de diffusion et de consolidation (1870 – 2000)

  • L’intégration aux jeunes républiques du continent sud américain

  • L’expansion économique de l’ère Napoléon III

  • La commune de Paris

  • L’affaire Dreyfus

  • La séparation de l’église et de l’état

  • La 1ère guerre mondiale et son internationalisation

  • La IIIème république

  • La 2ème guerre mondiale et la résistance

  • La IVème république

  • Les débats sociétaux de la Vème république

  • La mondialisation


Aujourd’hui, le mouvement maçonnique mondial se caractérise par :

  • La main mise anglaise avec une United Grand Loge of England très dynamique

  • Une forte implantation américaine plutôt orientée vers l'action caritative.

  • Un formalisme bourgeois passéiste

  • Une maçonnerie européenne divisée avec un courant libéral ouvert, lui-même divisé, très minoritaire.

  • Une lente féminisation.

  • Une faible implication des intellectuels.

  • Une réelle implantation dans le milieu du travail (public et privé), principalement au niveau de l’encadrement

  • Une petite dérive mafieuse qui peut faire beaucoup de bruit

  • Un refus de voir évoluer des rites anciens pour n’en garder que le formalisme

  • Une réelle crise de la dynamique de gestion des obédiences avec une incapacité à faire évoluer leur fonctionnement.

  • Un recours minoritaire mais actif, plus ou moins sectaire, à un mysticisme archaïque

  • Une commercialisation du service maçonnique avec le développement d’un réseau marchand non négligeable (livres, médailles, décors, voyages, sites internet, restauration, immobilier, etc.)

  • Une autosatisfaction des responsables obédientiels qui frise le déni !

Le monde d'aujourd'hui tel qu'il est :


Ce 21ème siècle a toutes les chances de voir des problématiques existantes arriver au stade de crise sociale majeur :

  • La problématique environnementale avec le réchauffement climatique et leurs conséquences économiques et sociales

  • L’épuisement de la course folle vers la croissance

  • La surpopulation et les migrations

  • Le risque de dérapage nucléaire

  • Le recours à l’intelligence artificielle et sa répercussion sur l’emploi

  • La dérive mafieuse de régimes autocratiques parmi les plus influents de la planète (Russie et Chine)

Deux scénarios peuvent être imaginés en ce qui concerne l'influence maçonnique :

  • une marginalisation du mouvement maçonnique au stade de mythe passéiste plus ou moins folklorique

  • une évolution du mouvement maçonnique capable de répondre aux grandes interrogations sociétales.


C’est naturellement ce dernier scénario qui nous préoccupe le plus et qui nous semblerait conforme à l’ambition de voir l’idéal maçonnique jouer pleinement son rôle.



Il est intéressant de prendre en compte l’enquête commanditée par la Grande Loge Unie d’Angleterre en 2012 sous le titre « Future of Freemasonry » ; cette enquête a été réalisée par un organisme de recherche non-maçonnique , Social Issues Research Centre (SIRC) . Vous pouvez la consulter en cliquant sur le lien ci-dessous.


Quelle évolution du mouvement maçonnique pourrait on espérer pour voir l'influence maçonnique monter en puissance ?

Principes généraux : :

  • Admettre que si la franc-maçonnerie doit avoir une influence cela ne peut qu'être sur la plan éthique

  • Développer la dimension européenne en s’orientant vers un fonctionnement fédéral des obédiences

  • Faire émerger un think tank maçonnique international de qualité

  • Mettre en œuvre une capacité d’action solidaire à la hauteur des enjeux et semblable à celles des grandes ONG internationales ou Amnesty International

Ainsi le mouvement maçonnique pourrait apparaître avec ces deux composantes :

  • Une capacité d'avoir une parole audible.

  • Une possibilité d'engagement éthique dans le monde profane.


157 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page