Rechercher

Il faut sauver le monde, il faut sauver la franc-maçonnerie !



La franc-maçonnerie c’est d’abord un projet, une « intention » ; réunir les êtres humains porteurs de hautes valeurs morales.


Pour réussir ce challenge, trois conditions ont été proposées par les initiateurs :

- Une bienveillance mutuelle fondée sur le respect, l’écoute et la recherche personnelle,

- Un rituel permettant de structurer un temps de méditation,

- Un lieu la loge : c’est l’atelier de la rencontre pour un temps d’apprentissage en dehors des contraintes de la vie profane.


Dans cette dynamique, la loge maçonnique a toute liberté d’initiative ; le franc-maçon se définit comme un être humain libre dans une loge libre.


Pour de nombreuses raisons historiques, sociologiques et psychologiques, les loges maçonniques ont délégué au fil du temps leurs prérogatives à un niveau fédéral avec la création des obédiences ; la franc-maçonnerie est ainsi devenue une institution.


Cette institutionnalisation de la franc-maçonnerie a permis son extension mais aussi son appauvrissement idéologique ; les loges sont devenues des clubs caritatifs, des associations militantes du progrès social ou des cercles mystiques.


Aujourd’hui, si la franc-maçonnerie conserve un attrait, de nombreux problèmes perturbent son fonctionnement ; citons les principaux :

- Les loges ne sont pas libres : elles sont soumises à des obligations obédientielles qui imposent un rythme de travail administratif sclérosant.

- Les obédiences sont devenues des enjeux de pouvoir ;

- Les rituels utilisés ne correspondent plus aux évolutions de la pensée philosophique.

- Le coût financier de l’adhésion à la franc-maçonnerie institue une discrimination qui interdit des candidatures de jeunes et de moins jeunes.


La pandémie au Covid-19 a montré l’incapacité des obédiences à maintenir une activité maçonnique aussi bien dans la période de confinement que dans celle du déconfinement.


De la même manière que le monde est en danger et qu'il faut le sauver, Il faut sauver la franc-maçonnerie en redonnant aux loges leurs responsabilités.


C’est aux obédiences d’effectuer les réformes nécessaires permettant aux loges de fonctionner plus simplement et plus librement.

- Redonner aux loges la liberté de se gérer comme elles l’entendent,

- Simplifier la gouvernance des obédiences,

- Diminuer la dépendance des loges aux problèmes immobiliers,

- Diminuer le montant des capitations.


Sans réformes obédientielles, le dynamisme des loges et leurs capacités à assurer un fonctionnement conforme à leur raison d’être continuera à décliner.


L’originalité de la franc-maçonnerie provient de cette singularité de la vie en loge. Les obédiences ne peuvent pas faire vivre la franc-maçonnerie si les loges ne jouent pas leur rôle.

0 vue

 L'Idéal Maçonnique, Objectif Réflexion !

Il faut sauver la franc-maçonnerie !