top of page
Rechercher

Le banquet, une éthique de la joie et du partage

Le numéro 13 des Cahiers de l’Alliance, la revue de prestige de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française, est consacré à ce beau thème de réflexion.



Les auteurs ne précisent pas de quel banquet il s’agit et on peut se demander s’il est toujours question d’un « repas d'apparat, rassemblant de nombreux convives pour célébrer un événement important » (définition CNRTL) ou d’un banquet d’ordre ou bien d’un simple repas partagé. Mais qu’importent les circonstances, la réalité c’est la présence de nombreux convives, avec un code de conduite particulier, une nourriture partagée, dans le cadre d’un ordre du jour avec un début et une fin !


Le banquet est donc un événement social qui a pour but de réunir des membres d’un groupe communautaire. Autrefois, pour les francs-maçons cela s’inscrivait le plus souvent dans un contexte particulier, comme la Saint-Jean d’Hiver, parfois dans un lieu particulier, ce pouvait être le temple maçonnique, avec une gestuelle particulière et des instruments renommés.


Tout s'est compliqué lorsqu'à la suite de l'analyse du banquet de Platon, la psychanalyse a mis son grain de sel avec Freud d'abord puis Lacan puis d'autres : et si le banquet était un acte de fraternité et d'amour levant la culpabilité du contexte œdipien ?




Des contributions qui font réfléchir


Fred Picavet, le Grand Maître de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique française, dans son avant-propos, évoque le contenu biblique du partage du pain et du vin et aussi le côté fusionnel de la participation au banquet. On retrouve les deux faces du banquet avec l’aspect profane et la pratique rituelle !


Gaston-Paul Effa développe une approche originale et personnelle de la relation de l’être humain avec la nourriture ; il y voit même une manière d’accéder au sacré : « Manger c’est inviter au sacré » proclame-t-il !! Est-ce une provocation ?


François-Xavier Tassel, lui, présente une approche plutôt sociologique du banquet qui retrace une histoire de la cité ; cela lui permet de citer des thèmes contemporains mais sans vraiment s’y attarder. C’est une belle réflexion qu’il nous propose et on regrettera qu’elle s’arrête avant l’ère moderne.


Jean-Claude Tribout s’attarde sur la mythologie des grands banquets de l’antiquité gréco-romaine dont il nous reste une réelle nostalgie !


Il aurait été étonnant qu’il ne soit pas question de Rabelais. C’est Richard Bacin qui se charge brillamment de cette « célébration ».


Jean Dumonteil, en fin connaisseur de la Bible, développe son symbolisme du banquet que l’on retrouvera dans les rituels maçonniques.


Il signe un autre article très intéressant sur la problématique des jeûnes et des interdits alimentaires.


Laurent Quivogne développe une contribution personnelle sur les concepts de croissance et de sobriété ! C’est original mais un peu loin du banquet !


Dans un post-scriptum, Jean Dumonteil se laisse aller à célébrer le pain, le sel, l’agape et la libation ! C’est beau et très poétique ! Le rêve après les excès ?


Signalons un encart, qui ne manquera d’attirer le lecteur et la lectrice, consacré au vocabulaire maçonnique des banquets !




Que retenir ?


Le Banquet, est un très beau thème, abordé partiellement mais on peut comprendre que l’espace était limité !


Le sous-titre, « Une éthique de la joie et du banquet », met en avant l’aspect convivial du banquet ; les auteurs développent ce thème chacun à sa manière, en s’appuyant sur les références historiques et bibliographiques.


Il y a aussi le banquet comme rituel laïque de la socialisation qu’évoque François-Xavier Tassel et le banquet rituel religieux que Jean Dumonteil aborde de façon très complète.


Une des originalités de l’abord de Richard Bacin me semble résider dans cette plongée dans l’univers humaniste du moyen-âge européen avec une analyse très documentée et aussi, deux belles illustrations de Bernard Demange réalisées spécialement pour ce numéro.


Le banquet d’hier suscite une certaine nostalgie que l’on ressent dans ces pages de belle facture ! Mais le banquet d’aujourd’hui ? Il n’en est pas vraiment question !


Tout se passe comme si ce n’était plus une préoccupation : adieu les rituels de table, adieu la gestuelle particulière ! Aujourd’hui on aurait tendance à perdre les « bonnes manières » ! Les banquets maçonniques n’ont plus rien à voir avec la gastronomie et le sens des mots semble bien oublié ! On se réunit , on se congratule, on passe un bon moment entre frères, sœurs et conjoints en partageant un repas qui obéit aux règles des consommations de groupes. Et puis on se quitte, en se disant « à bientôt !».


Puisse ce numéro 13 des cahiers de l’Alliance redonner envie aux jeunes générations de se réapproprier le banquet maçonnique pour qu’il retrouve force et vigueur !


Il y a un autre abord qui aurait peut-être mérité une lecture maçonnique, c'est la relation entre le banquet et Eros ! On doit à Pierre Boutang d'avoir apporté une interprétation qui remet en question ce que l'on savait déjà ! Voir à ce propos un article que lui consacre Le Monde !



 


Les cahiers de l’Alliance N°13 – octobre 2022

Le banquet, une éthique de la joie et du partage

Une réalisation de La Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française

Editions Numérilivre 2022 – 114 pages - 20 € - Achat en ligne


Directeur de la rédaction : Jean Dumonteil

Rédacteur en chef : Jean-Claude Tribout


Photo de couverture : le regard de Ludwig van Beethoven – portrait de Joseph Karl Stieler - 1820


Illustrations :

  • Nature morte au crâne de Paul Cézanne - 1897

  • Le combat de Carnaval et Carême de Pieter Brueghel l’ancien - 1559

  • Représentation d’un banquet sur un vase grec – VI ème siècle avant JC

  • Deux illustrations originales de Bernard Domange :

  • Le roi Grandgousier et l’épouse Gargamelle

  • Gargantua, prince humaniste, et le volume Utopia,

  • Trois portraits : Thomas More, Erasme et François Rabelais

  • Abraham et les trois anges par Marc Chagall - 1966

  • Vertumne (Dieu des jardins et des vergers), par Giuseppe Arcimboldo - 1590

  • Rhyton (vase à boire en forme de corne) en forme de lion (1er siècle avant JC)


Sommaire


  • Avant-propos - Le banquet par Fred Picavet

  • L’Alliance sacrée avec la nature par Gaston-Paul effa

  • Du banquet civique au banquet fraternel par François-Xavier Tassel

  • A la table de l’antiquité gréco-romaine par Jean-Claude Tribout

  • A la table de Rabelais par Richard Bacin

  • A la table des récits bibliques et Jeûnes et interdits alimentaires par Jean Dumonteil

  • Abondance et sobriété par Laurent Quivogne

  • Post-scriptum : Méditation sur le pain, le sel, l’agape et la libation par Jean Dumonteil

 

Pour aller plus loin



Une approche du célèbre dîner de Platon



Un texte intéressant de Suzanne Varga qui s'est penchée sur 12 banquets célèbres (cliquer sur l'image ci-dessous pour accéder au texte)

LE BANQUET DES ANALYSTES par JACQUES­ALAIN MILLER



 

Bibliographie :


Le banquet rituel

Auteur : André Quemet

Editeur : La Maison de Vie – 2015


Un numéro spécial de la revue "LE MAILLON" ; AGAPES ET BANQUETS (HORS-SÉRIE)

Editions DETRAD - 2014

254 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page