Rechercher

Les difficultés en loge maçonnique

Mis à jour : il y a 2 jours



De quelques problèmes de fonctionnement

Il aurait été étonnant qu'une organisation humaine échappe aux imperfections. Malgré les valeurs morales dont il fait référence le dynamisme maçonnique bute sur un certain nombre de difficultés. Il faut être conscient de ces biais qui alimentent l'anti-maçonnisme. Les principaux obstacles à la diffusion de l'idéal maçonnique concernent, à mon avis, six domaines :


- Le hiatus entre un bel idéal et des rituels désuets :

C'est la plus grande difficulté que l'on peut éprouver quand on débute dans un parcours maçonnique ; comment expliquer que des rituels écrits au XVIIIème siècle avec des références à la limite de la mythomanie puissent encore servir, au XXIème siècle, de trames aux travaux symboliques ? La réponse blasée c'est de se réfugier dans "Tout est symbole !" ; chacun s'arrange et tout le monde fait comme si ! Et heureusement, malgré cet aspect un peu "moisi", les êtres humains arrivent à donner vie à un exercice formel et à lui donner une certaine humanité.

- L'idéal maçonnique et les comportements de certain(e)s francs-maçon(ne)s :

Les francs-maçon(ne)s sont des êtres humains comme les autres et à ce titre ils peuvent être tentés d'enfreindre les principes moraux qu'ils sont censés promouvoir pour privilégier leurs intérêts personnels en utilisant des procédés non recommandables (de la supercherie à la dérive mafieuse) ; c'est ainsi que certains défraient la chronique et que les journalistes mettent en avant leur appartenance maçonnique ; il a été fait mention de loges qui pourraient être considérées de mafieuses dans la mesure où elle regroupait des membres utilisant le réseau des francs-maçon(ne)s pour des activités criminelles. Est-ce pour autant une raison de dénigrer la franc-maçonnerie et son idéal ? Evidemment non !

- les problèmes liés à la dynamique de groupe :


Quel que soit le groupe, la dynamique qui s'y déroule peut être à l'origine d'effets pervers pouvant aboutir à la dislocation du groupe ; cette loi générale se vérifie aussi en franc-maçonnerie et est la cause de certaines difficultés.

- la dérive hiérarchique des hauts grades :

On ne le dit pas mais on le pense très fort : un(e) maçon(ne) qui fréquente les ateliers dits supérieurs (au delà du 3ème degré) c'est ... autre chose !!! Ne peut-on pas considérer cette dérive comme la cause la plus importante de l'incapacité des francs-maçon(ne)s à être reconnus pour leur "sagesse" !

- le dysfonctionnement des obédiences :


Plusieurs remarques sont couramment énoncées :

  • les obédiences ont tendance à se vivre comme des institutions qui fonctionne pour elles-mêmes ; une minorité de frères et/ou de soeurs sont devenus des connaisseurs de "l'administratif" créant un fossé entre les membres des loges et leurs représentants ;

  • La multiplicité des organisations maçonniques, les rivalités et la propension pour chacune à vouloir se voir reconnaître comme un pôle de référence déconsidèrent le rôle des obédiences ;

  • Au total, la division et l'irresponsabilité obédientielle éloignent la mise en oeuvre des réformes qui seraient indispensables pour optimiser le rôle des obédiences ! Il y a même une tentation de créer des loges sauvages !


- Le rôle sélectif du coût de l'appartenance maçonnique :


Théoriquement ce n'est pas un critère de sélection, mais participer aux activités maçonniques suppose un budget minimum de l'ordre de 500 €/an ce qui peut être rédhibitoire pour certaines familles.

- la difficile ouverture aux diversités culturelles :

Les rituels maçonniques sont très imbibés de références judeo-chrétiennes qui peuvent constituer, pour des maçons et maçonnes d'autres cultures, comme une grille de lecture éloignée de leurs propres références culturelles. Sans remettre en cause les rituels existant, ne pourrait-on pas envisager un rite universel ?


- la dérive affairiste :

Cette dérive concerne des pratiques qui ne sont pas illégales mais qui n'entrent pas dans le champ d'activité maçonnique à proprement dit : il s'agit essentiellement des activités de ce que l'on appelle "les fraternelles", associations loi 1901 qui regroupent des francs-maçon(ne)s en fonction d'une communauté d'intérêts : la profession, l'origine, la politique, les centres d'intérêts, etc...

Abonnez-vous à notre site
Idéal Maçonnique

Quelques sœurs et frères de différentes obédiences et n'ayant comme unique motivation que celle de transmettre notre amour de la Franc-Maçonnerie dans une optique de pragmatisme et de modernité. Notre animateur, c'est Mateo Simoita, un franc-maçon du GODF qui a plus de 40 ans d'ancienneté maçonnique. C'est aussi notre signature commune.

Mateo Simoita
Responsable du site idealmaconnique.com

Médecin retraité ; initié en 1979 au Grand Orient de France.

  • Twitter