Rechercher

Quelle spécificité pour la démarche maçonnique aujourd’hui ?




Il est clair que la démarche maçonnique est source d’ambiguïtés ; certains la considèrent comme une démarche individuelle de perfectionnement moral, d’autres y voient un mouvement collectif vers plus de progrès social et plus de libertés individuelles, d’autres encore la relient à une voie mystique.


Ces différentes approches s’expliquent par plusieurs réalités :

  • L’influence de l’inspiration biblique qui a existé au moment de la création des premières loges maçonniques en Angleterre, en Ecosse et en Irlande,

  • L’influence des mouvements occultistes que la franc-maçonnerie a connue au XVIIIème et au XIXème siècle.

  • Le rôle du courant philosophique des « Lumières » présent au XVIIIème siècle.

  • En France, l’implication de nombreux francs-maçons dans l’action politique de la IIIème République a pu faire croire que la franc-maçonnerie pouvait aussi avoir un rôle politique.

  • Au niveau mondial, l’influence de la Grande Loge Unie d’Angleterre qui a modélisé le fonctionnement des loges maçonniques sur un mode institutionnel avec un engagement social caritatif quasi exclusif.


Cette historicité, bien que rapide et schématique, montre bien que dans la situation actuelle, la franc-maçonnerie, dans sa globalité, n’a pas une orientation claire et univoque compréhensible par le tout public.


Les différentes approches peuvent apparaître comme une confusion voire des divisions internes au point que certains auteurs affirment qu’il n’y a pas UNE franc-maçonnerie mais DES francs-maçonneries !


Il y a une autre grille de lecture qui permettrait de comprendre l’ambiguïté actuelle et de proposer une « clarification » qui faciliterait la compréhension de la spécificité de la démarche maçonnique dans ce XXIème siècle.


A la fin du XVIIème siècle, à une époque où les premières loges maçonniques apparaissent en Angleterre, en Ecosse et en Irlande, la Bible de Roi Jacques (Bible traduite en anglais) est le livre de référence aussi bien pour les intellectuels que pour celles et ceux qui savent lire ; il n’y a pas de divergences d’opinion notables sur son contenu et de nombreux mouvements religieux s’en réclament. Ce consensus n’empêchât pas les querelles religieuses, pouvant aller jusqu’à un climat de violences. C’est pourquoi, une des motivations de la franc-maçonnerie à cette époque était de pacifier ces querelles inter-sectes religieuses et il est reconnu que ce fut effectivement un de ses premiers succès.


Idéologiquement, cette première franc-maçonnerie est donc biblique, non cléricale, ouverte aussi bien aux aristocrates qu’aux bourgeois et intellectuels, et sous l’autorité indirecte de la famille royale.


Son caractère biblique explique qu’il n’y a sur le plan théologique aucune divergence de vue fondamentale avec les églises chrétiennes.


Globalement, celles-ci considèrent la vie terrestre comme l’opportunité de l’expiation des pêchés des êtres humains afin de leur permettre d’espérer rejoindre le paradis céleste. La vie terrestre est secondaire et n’est finalement que la phase préparatoire à la vie céleste qui elle est fantasmée.


Par rapport à la Bible, l’originalité des rituels maçonniques ne se situe pas dans le contenu mais dans l’expression de l’enseignement biblique via un vocabulaire symbolique et la réappropriation du discours légendaire. C’est ainsi que certains auteurs ont pu dire que dans la légende d’Hiram, Hiram était un substitut de Jésus-Christ.


Sur le fond, à cette époque, la démarche maçonnique, telle qu’elle est illustrée dans les rituels maçonniques », est fidèle à l’enseignement biblique et se veut elle aussi une préparation au passage à « l’Orient éternel ».


Avec la création du Rite Ecossais Ancien et Accepté et le discours de Ramsay, on observera une accentuation de cette imprégnation christique et l’ajout des apports occultistes qui eux aussi font de la vie terrestre le stade préalable au passage dans le monde céleste.


Or aujourd’hui encore, pour l’essentiel nous avons les mêmes rituels maçonniques qui ont ce même contenu.


En simplifiant on pourrait analyser l’impact de la franc-maçonnerie à partir de deux composantes :

  • Les rituels maçonniques d’inspiration biblique censés préparer l’initié-e à la vie céleste ; cette « préparation » pouvant aller jusqu’à une démarche mystique ;

  • L’ambition de fraternité sociale inspirée par l’enseignement charitable de Jésus-Christ : ce devoir de fraternité sociale s’exprime soit par un effort caritatif (pour les loges anglo-saxonnes) soit par un engagement sociétal (pour certaines loges dites libérales).


A partir de la fin du XIXème siècle, l’évolution des connaissances et des mœurs sociétales explique que ce mode de fonctionnement est devenu fondamentalement conflictuel.


Trois éléments peuvent être identifiés :

  • L’initiation féminine ; bien que dans la plupart des obédiences qui ont accepté d’initier des femmes, l’institutionnalisation du masculin comme genre neutre a été une manière de dénier la féminité et à ce titre peut être considérée comme un détournement de procédure, l’initiation féminine peut être considéré comme une remise en cause d’un landmark, c’est-à-dire d’une disposition qui était censée être non modifiable à vie !

  • La montée en puissance de l’athéisme et de la non-croyance : Si le Grand Orient de Belgique fut la première obédience maçonnique a ne pas exiger la croyance en Dieu (un autre landmark), la reconnaissance de la liberté de conscience est aujourd’hui acceptée par de nombreuses obédiences dites libérales ; si la grande majorité des obédiences sous l’influence de la Grande Loge Unie d’Angleterre maintienne encore l’obligation de la croyance en Dieu, le fait sociétal de l’athéisme et de la non-croyance va devenir incontournable.

  • La critique du discours religieux tendant à privilégier l’espérance d’une vie céleste paradisiaque (que l’on retrouve dans toutes les grandes religions monothéistes) devient de plus en plus inaudible pour une grande partie de la jeunesse mondiale qui prend en compte les risques de détérioration environnementale de notre planète.


Pour ces raisons fondamentales, et aussi pour d’autres en relation avec la problématique du mode de fonctionnement des loges maçonniques, il est clair que l’existence même de la Franc-Maçonnerie se pose dans le futur !


Et pourtant, toutes celles et tous ceux qui ont une expérience de vécu dans une loge maçonnique savent combien cela peut-être extraordinaire : Être capable de se réunir dans une ambiance de sérieux et de respect mutuel et d’échanger sur le sens de la vie que l’on mène, sur l’éthique, sur la fraternité, n’est pas accessible facilement et on pourrait dire que c’est une spécificité de la loge maçonnique.


Il faut donc tout faire pour sauver la franc-maçonnerie !


L’engagement maçonnique pourrait très bien être un engagement pour mettre en œuvre le bonheur terrestre pour tout être humain et pour la société ! Le Bonheur maçonnique que l’on pourrait idéalisé ne peut être qu’un bonheur sage, social, non passionnel, esthétique et non violent. Un concept qui dépasse l'épicurisme classique !


Une harmonie pour vivre en paix sur notre planète, une émulation de l’intelligence et de la recherche pour mieux explorer les inconnues de l’existence humaine.


Cela supposerait bien évidemment une réécriture du rituel maçonnique pour proposer un rituel qui soit clairement en adéquation avec cette motivation.


En nous orientant clairement vers cet objectif de travailler pour le bonheur humain terrestre, on ne risquerait pas d’empiéter sur la raison d’être des religions et sur les arguties mystico-ésotériques des rituels du passé !


Le Bonheur englobe tout ce qui concerne les êtres humains dans leurs environnements : cela entraîne ipso facto un universalisme de la bienveillance !


En ce début d’année 2021, mes très chers sœurs, mes très chers frères, cher-e-s ami-e-s, je fais le vœu que cette idée poursuive son chemin et qu’elle soit le germe du renouveau de la franc-maçonnerie, une idée toujours neuve !

Idéal Maçonnique

Quelques sœurs et frères de différentes obédiences et n'ayant comme unique motivation que celle de transmettre notre amour de la Franc-Maçonnerie dans une optique de pragmatisme et de modernité. Notre animateur, c'est Mateo Simoita, un franc-maçon du GODF qui a plus de 40 ans d'ancienneté maçonnique. C'est aussi notre signature commune.

Mateo Simoita
Responsable du site idealmaconnique.com

Médecin retraité ; initié en 1979 au Grand Orient de France.

  • Twitter