Rechercher

Vient de paraître : Le N°6 de Spirale – A lire absolument si vous voulez une information « pointue »

Mis à jour : avr. 18



Spirale, c’et la revue du Cercle Inter-Universitaire, association présidée par le Dr Pierre Chastanier qui « réunit des hommes et des femmes de talent provenant de diverses écoles de pensée (spiritualité, philosophie, sciences, religions, armée, politique, haute fonction publique, clubs-services, universitaires, professions…), choisis avec le plus grand soin, qui par leurs formations diversifiées peuvent conjuguer leurs réflexions et leurs efforts pour progresser sans cesse sur la voie de la Connaissance, contribuer à éclairer Femmes et Hommes, à la Lumière des valeurs humanistes que nous défendons et, par leurs propositions, suggérer aux responsables politiques, économiques ou sociaux des solutions consensuelles aux problèmes complexes que nos sociétés modernes doivent résoudre. »


Le Cercle Inter-universitaire propose des dîners débats avec des personnalités de différents horizons et publie une revue annuelle, intitulée « Spirale». Pour en savoir plus sur le CIU.


Rappelons, pour ceux qui l’ignorent que CIU, c’est aussi la Confraternité initiatique universelle, association para-maçonnique présidée également par Pierre Chastanier.



Le N°6 de cette revue du CIU pour l’année 2020 vient de paraître fin novembre.


Il comprend :



Une préface de Pierre CHASTANIER qui revient sur le fonctionnement du Cercle Inter-Universitaire.


Un édito de Michel PAYEN, membre du comité éditorial de Spirale, professeur de lettres modernes, qui présente les différentes contributions de cette édition.


La présentation des différents contributeurs.


Un article du Professeur Pierre-Marie LLEDO, « Voyage vers le futur du cerveau ». Pierre-Marie Lledo est un neurobiologiste émérite, Directeur du département neurosciences à l’Institut Pasteur, l’un des neuroscientifiques les plus brillants de sa génération, également expert auprès des chefs d’entreprise. Outre les questions que posent l’auteur sur les problématiques éthiques induites par les découvertes contemporaines du fonctionnement cérébral, l’intérêt de cette contribution est de nous informer des principales avancées scientifiques ; citons :

  • Tout d’abord, il rappelle l’importance de la recherche mondiale sur la physiologie cérébrale : « Au cours des années 2010, la course aux grands projets d’incitation de la recherche sur cette « dernière frontière scientifique » prit une dimension mondiale, comme le fut autrefois la conquête spatiale durant la guerre froide. Après Israël qui lança son projet Brain Technologies en 2011, les États-Unis suivirent en 2013 avec leur Brain Initiative et l’Europe démarra la même année un vaste programme intitulé Human Brain Project. Ce fut ensuite au tour du Japon de se profiler par son Brain Mapping (2014), puis en 2016 la Chine lança le Brain Science Project, le Canada son Brain Canada initiative et l’Australie initia son programme Australian Brain Alliance ».

  • Un autre rappel concerne les nouvelles techniques d’exploration et d’interventions sur le cerveau : les nouveaux microscopes super puissants, la vidéo-microscopie, la magnétoencéphalographie (MEG), l’imagerie par résonance magnétique (IRM) , l’électroencéphalographie (EEG) (avec un traitement des informations par des algorithmes sophistiqués), l’utilisation de nanotechnologies, les avancées génétiques (et en particulier la CRISPR-Cas9 (Clustered Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats et Cas9).

  • Le renouvellement des techniques de stimulation cognitive avec la stimulation électrique transcrânienne.

Les professeurs Chantal HENRY et Raphaël GAILLARD, professeurs de psychiatrie au sein du Groupe Hospitalier Universitaire Paris psychiatrie & neurosciences signent une contribution sur « Humanisme, neurosciences et santé mentale ». Il s’agit d’une mise au point par rapport à des idées fausses concernant la prise en charge des maladies mentales.


Serge SOUDOPLATOFF et Pierre-Louis DESPREZ apportent un éclairage sur « Pourquoi l’intelligence artificielle a-t-elle besoin de l’humain ? ». Serge SOUDOPLATOFF est un expert, chercheur et entrepreneur de l’Internet ; Pierre-Louis DESPREZ est associé-fondateur de Kaos Consulting – société experte en innovation participative. C’est un intéressant « état des lieux » de ce que propose l’intelligence artificielle aujourd’hui et de ce qu’elle devrait pouvoir faire demain en particulier grâce à ce que l’on appelle « l’IA forte ».


Serge TISSERON et Thierry CURIAL, membres de l’Institut pour l'Etude des Relations Homme-Robots, font le point sur « Grandeurs et misères de l’artificiel ». Le Dr Tisseron est également Psychiatre, membre de l’Académie des technologies, docteur en psychologie et membre du conseil scientifique du Centre de Recherches Psychanalyse et Médecine (Université de Paris). Cet article complète le précédent en citant des cas concrets d’utilisation de l’intelligence artificielle dans la mise au point de robots aux fonctions thérapeutiques, des assistants conversationnels. Ils posent la question de la sujétion à l’Affective Computing et à la machine multifactorielle.


Emmanuel FLAMAND-ROZE, Quentin WELNIARZ et Claire DELNATTE explorent un sujet crucial : « Repenser l’humain à la lumière des neurosciences ». Claire Delnatte est agrégée de phi-losophie et enseigne dans l’académie de Versailles ; le Dr Emmanuel Flamand-Roze est neurologue dans le département de neurologie de l’hôpital Pitié-Salpêtrière avec une expertise particulière dans le domaine des mouvements anormaux ; le Dr Quentin Welniarz développe des travaux de recherche sur le développement et la physiologie du système moteur. A l’aide d’exemples ils expliquent comment la plasticité cérébrale change le « paradigme » de l’être humain, comment la réalité médicale actuelle peuvent bouleverser nos « certitudes » philosophiques : ainsi affirment-ils que «l’impression que nos intentions causent nos mouvements est une illusion : notre mouvement se prépare avant que nous ayons conscience de nos intentions. » et « Pouvons-nous nous considérer comme libres si nos actes les plus spontanés sont en fait préparés dans notre cerveau sans que nous en ayons conscience ? ». Ils donnent également d’intéressantes considérations sur la pseudo-différence des genres.


« Affronter l’incertitude, éviter le désenchantement » est le sujet d’un débat entre le Professeur Pierre-Marie LLEDO, Monique Atlan, journaliste, et Roger-Pol Droit, philosophe : il y est question « d’idée de progrès « , de « doxa », de « discours scientifique » et d’autres choses encore.



Avec « La Science n’est pas une omniscience », le Professeur Pierre-Marie LLEDO revient sur l’image de confusion donnée par les scientifiques à l’occasion de l’épidémie de Covid-19.


Le Dr Patrick Goudot, chirurgien à l’Hôpital Pitié Salpêtrière dans le Service de Chirurgie Maxillofaciale, se penche sur des questions plus prosaïques avec « L’avenir de la santé, le « Ségur » et après ?».


Pierre Maurel, en qualité de membre de « l’élite » des inspecteurs généraux de l’éducation nationale, aborde le problème de « L’école à la maison au temps de la Covid-19 : les leçons d’une expérience historique ! ». Comme il fallait s’y attendre, généralités et banalités !


Patrick Brunel, Professeur à la Faculté des lettres de l’Institut Catholique de Paris, « Ailleurs ou demain ? Rhapsodie maritime ». Retranscription d’un voyage de croisiériste lettré ! Pas vraiment une rhapsodie !


Une impression de lecture de Michel Payen : « Abondance et liberté. Une histoire environnementale des idées politiques » par Pierre Charbonnier.


Une autre impression de lecture du Dr Jacques Samouelian, ancien pédopsychiatre des Hôpitaux : « L’IA va-t-elle tuer la démocratie » par Laurent Alexandre et Jean-François Copé.


Au total, ce numéro de « Spirale » propose une information « pointue » sur tout ce qui concerne la problématique des neurosciences qu’il est possible de télécharger en cliquant sur le lien ci-dessous.

2020_SPIRALE_REVUE
.pdf
Download PDF • 4.61MB

.

193 vues0 commentaire