Pour un rituel  universel

Pourquoi vouloir créer
un nouveau rite ? 

 

 

Il pourrait sembler déplacé d’imaginer un rituel supplémentaire et différent à la liste déjà longue des rituels existant.

 

Et pourtant d’autres l’ont déjà fait en n’hésitant pas à transformer profondément le message des initiateurs de la franc-maçonnerie.

 

La réflexion proposée est fondée sur plusieurs constatations :

 

- L’ensemble des rituels actuels se comprennent avec les données de la culture occidentale judéo-chrétienne ;

 

- Les rituels actuels qui datent pour la plupart du XIXème siècle sont des rituels  mystiques et dogmatiques ;

 

- La Franc-Maçonnerie bien que se voulant universelle ignore encore aujourd’hui les richesses d’autres traditions !

 

Pour expliquer la démarche, il est important de revenir sur notre propre histoire.

 

 

Le paradoxe de la franc-maçonnerie :

 

La franc-maçonnerie spéculative apparaît au début du XVIIIème en Angleterre et en Ecosse dans le contexte politique d’un XVIIème marqué par la République puis la dictature de Cromwell et une incroyable guerre de religions diverses, plus ou moins  sectaires.

 

Tout se passe comme si la motivation profonde qui a prévalu à la création de la franc-maçonnerie spéculative soit le désir de pacifier les querelles religieuses. Après la remise en ordre forcée, opérée par Cromwell et la restauration monarchique avec le règne de Charles II, les dissensions inter-religieuses sont encore vives et la franc-maçonnerie portée par des personnalités de haut niveau comme Isaac Newton, Théophile Désaguliers et Jacques Anderson apporte une réelle réponse à tant de violence.

 

Bien qu’elle n’ait pas pu s’imposer comme une alternative aux autres religions, la franc-maçonnerie a malgré tout connu un véritable engouement dans les milieux philosophiques du XVIIIème siècle et cela dans l’Europe entière. Le paradoxe de la franc-maçonnerie pourrait se résumer dans une formule :

 

Une naissance anglaise sans grands effets  mais  un retentissement mondial et universel !

 

Le succès de la franc-maçonnerie a favorisé une multitude d’interprétations et de dérives essentiellement sur le plan mystique avec un ajout considérable de légendes qui se sont greffées sur la légende initiale d’Hiram, mais toujours nourries par la référence biblique.

 

 

Un objectif pour un nouveau rituel :

en respectant l’essentiel,

accentuons le caractère universel

 

Si on admet que l’essentiel de la démarche maçonnique se retrouve dans la volonté de pacifier les relations sociales inter-religieuses en prônant la tolérance, le respect des autres et de soi-même et la non-violence, on voit bien combien cette démarche est encore d’actualité dans le monde agité qui est le nôtre.

 

Pour accentuer le caractère universel de la démarche maçonnique, il me semblerait important de proposer un nouveau rite qui tout en gardant l’essentiel de l’enseignement de la légende d’Hiram s’affranchisse d’une relation exclusive à la culture biblique.

 

 

Quel cahier des charges pour un rituel universel ?

 

- Un fonctionnement en loge bleue sans "hauts" grades : il est clair que les rites proposant de multiples degrés appartiennent aux XVIIIème siècle et qu'ils n'ont pas fait la preuve de leurs pertinences. Ils peuvent se comprendre dans une démarche déiste chrétienne mais ils ont l'énorme inconvénient de se référer à un passé qui aujourd'hui apparaît fortement teinté d'ambiguïtés. Fonctionner sur trois degrés, outre une plus grande simplicité de fonctionnement, permet d'aborder tous les aspects de la problématique existentielle. Actuellement, le fonctionnement en 3 degrés est très appauvri : l'essentiel se passe au 1er degré ; les 2ème et 3ème degrés ne sont utilisés que pour les augmentations de salaire au 2ème degré et l'élévation à la maîtrise pour le 3ème degré. Il serait nécessaire de rééquilibrer le fonctionnement de la loge pour que ces 3 degrés jouent réellement leurs rôles.

 

- Un rituel qui soit compréhensible pour toutes les cultures du monde : que l'on soit d'origine africaine, océanienne, asiatique indienne ou  autre, on doit pouvoir avoir des références symboliques qui nous soient communes sans une "adaptation". Pour arriver à cet objectif, nous avons la chance d'avoir un référentiel commun à toutes les cultures du monde : c'est la Nature avec les différents cycles auxquels on fait d'ailleurs déjà référence dans certains rituels actuels. 

 

- Mieux préciser les objectifs du travail en loge : on entend souvent qu'il existerait des loges "sociétales" et des loges "symboliques" en se basant sur l'attirance supposée de certain(e)s frères et soeurs pour les travaux de réflexion. En fait, historiquement le rituel maçonnique ne prévoyait pas vraiment des travaux de réflexion ; c'était à l'orateur dans un travail qui s'apparentait au sermon des messes, de s'inspirer éventuellement de l'actualité pour présenter une planche qui tout en puisant dans la symbolique du rite pouvait donner une interprétation ayant un rapport avec des événements factuels.  La prise de la parole en loge, qui date du XIXème et surtout du XXème siècle, est un grand acquit pour la liberté de pensée et il nous semblerait important de préciser le cadre dans lequel, elle intervient.

 

A suivre 

 

 

 

Les rites maçonniques actuels 

 

Les premières loges maçonniques n’ont pas fonctionné avec un rituel bien élaboré et précis ; les premiers rituels dont on dispose remonte à la fin du XVIIè et au début du 18ème siècle ; ils se limitent à  deux puis trois degrés. Ce n’est qu’ultérieurement et à la suite d’initiatives individuelles que les principaux rites ont été codifiés. Voici l’essentiel des rites connus.

 

  • Rite du Mot de maçon (sans doute le plus ancien – vers 1630) pratiqué en particulier par la loge de Kilwinning no 0 (la loge la plus ancienne)

  • Rite des Moderns

  • Rite des Anciens Devoirs

  • Rite standard d'Écosse

  • Rite des Antients

  • Rite de Misraïm

  • Rite de Memphis

  • Rite canadien

  • Rite de Memphis- Misraïm

  • Rite symbolique italien

  • Rite philosophique italien

  • Rite d'adoption

  • Rite des Anciens Devoirs (n’est plus utilisé)

  • Rite écossais de 1962

  • Rite écossais ancien et accepté

  • Rite écossais primitif

  • Rite écossais rectifié

  • Rite standard d'Écosse

  • Rites maçonniques égyptiens

  • Rite émulation

  • Rite français

  • Rite français moderne rétabli

  • Rite des philalèthes (n’est plus utilisé)

  • Rite du royal Secret (n’est plus utilisé)

  • Rite Swedenborg

  • Rite opératif de Salomon

  • Rite de Schroeder

  • Rite de la stricte observance templière

  • Rite suédois

  • Rite d'York

  • Le rite œcuménique (créé en 1950) semble le plus récent (il est pratiqué par le grand Orient Arabe Œcuménique)

 

 

L’ensemble de ces rites fonde leurs références sur la culture biblique aussi bien rencontrée dans le christianisme que dans le judaïsme ; le rite œcuménique est le seul qui fasse aussi référence à la culture arabe.

Notre méthodologie

Tranquillement, nous réfléchissons et travaillons sur ce nouveau rituel qui comprendra trois degrés.

Pourquoi que trois degrés ? Nous pensons que trois degrés c'est suffisant pour tout appréhender !

Nous ne voyons vraiment pas l'intérêt des hauts grades !

Ce rituel a vocation à être compréhensible par toutes les cultures du monde et de ne pas imposer une lecture symbolique hégémonique (comme c'est le cas pour la bible dans les rites maçonniques actuels)

Ce rituel se veut ouvert à tous, aux croyants comme aux non-croyants , aux hommes et aux femmes !

Dès qu'il sera prêt, nous le publierons pour recueillir vos observations, critiques et propositions.

Si vous souhaitez participer à ce projet,

n"hésitez pas à nous le dire !

 L'Idéal Maçonnique,

Objectif Sagesse !