Articles du blog

La démarche maçonnique peut elle bénéficier d'une approche psychologique ?

August 30, 2019

 

Lorsque les premières loges furent créées, le premier mot que le nouvel apprenti apprenait était le mot « obligations » ! Car il n’y en avait pas qu’une !

 

Chacun sait que les êtres humains ont l’art de « contourner » les obligations ; en y procédant discrètement, cela ne choque personne à condition que l’apparence reste acceptable !

 

Si la franc-maçonnerie anglaise a vite été récupérée par l’aristocratie en imposant un formalisme, la franc-maçonnerie continentale, et en particulier les français, ont accepté une certaine dose de liberté d’expression tout en se fourvoyant dans des querelles byzantines de crédibilité rituelle ou d’engagement politique.

 

Aujourd’hui, nous nous trouvons dans une situation particulière propice à la réflexion sur notre devenir avec deux constats principaux :

  1. La démarche maçonnique intéresse,

  2. Le vécu maçonnique déçoit souvent.

Nous vivons à une époque où il n’est plus possible de fonctionner avec des obligations quitte à les contourner allègrement et hypocritement comme le firent bon nombre d’anciens !

 

Si on admet que l’engagement maçonnique se caractérise  par :

  • Un environnement idéologique très disparate mêlant des archaïsmes judéo-chrétiens et des principes républicains,

  • Un vécu très aléatoire dans une loge plus ou moins choisie,

  • Une réappropriation personnelle d’un certain nombre d’idées philosophiques et symboliques,

  • Un formalisme institutionnel pseudo-démocratique,

on comprend qu’un-e nouvel-le apprenti-e, passée la phase du silence obligatoire, aura des difficultés à trouver une cohérence ; les plus disciplinés et obéissants apprendront vite qu’il vaut mieux se taire que de poser des questions et que ce n’est pas ce qu’on dit qui importe mais bien ce que les autres font !

 

Face à ces difficultés, il est parfois tentant d’essayer de valoriser la démarche maçonnique en y intégrant un regard psychologique ; on entend ainsi plusieurs intérêts possibles et en particulier :

  • La loge peut être une manière de mieux se connaître, pour acquérir un mieux être,

  • La loge est une école d’amour et de tolérance

  • La démarche maçonnique est un apprentissage de notre mort profane,

  • La loge est un lieu de confrontation des intelligences individuelles, source d’enrichissement personnel.

Tout cela n’est pas faux mais on élude ainsi la problématique de la dynamique collective.

 

Faut-il se satisfaire de laisser chacun-e faire son chemin initiatique à son gré, avec ou sans « réussite » ?

 

Ne peut-on espérer voir l’engagement maçonnique déboucher sur une dynamique collective capable d’apporter des solutions aux grandes questions existentielles ?

 

On voit bien les freins qui empêchent toute évolution progressive :

  • Le conservatisme obédientiel plus préoccupé de maintenir des avantages acquis,

  • Des rituels archaïques et infantilisant calqués sur une vision passéiste du monde,

  • Une incapacité pour les loges à faire vivre une vraie démocratie participative,

  • Un refus de s’ouvrir au monde tel qu’il est avec sa pluralité de cultures.

Notre époque est particulière dans la mesure où nous avons trois problématiques nouvelles  qui se surajoutent aux questions existentielles existantes :

  • La destruction de l’environnement par l’activité humaine

  • La mondialisation des échanges

  • Et la confrontation des communautarismes à une échelle internationale.

Lorsqu’elle fut institutionnalisée en 1717 en Angleterre, la justification essentielle de la franc-maçonnerie  était de participer au retour d’une paix sociale dans une Angleterre déchirée par des guerres entre sectes religieuses ;  tous les historiens sérieux s’accordent pour dire que la dynamique enclenchée  a contribué à rétablir cette paix sociale.

 

Plus de 300 ans plus tard, la question se pose de la capacité de notre ordre maçonnique à redonner une espérance dans l’aventure humaine.

 

Bien sûr, le monde ne s’est pas fait en trois siècles et il faut savoir patienter avant de voir les structures humaines évoluées.

 

Mais l’enjeu d’une franc-maçonnerie moderne, contemporaine, capable de tirer des leçons de son fonctionnement chaotique n’est-il pas assez fondamental pour que des femmes et des hommes libres et convaincus qu’une vitalité maçonnique est possible, se mobilisent pour essayer d’apporter des solutions crédibles ?

 

Tout est possible pour peu qu’on le veuille réellement !

Please reload

Blog de l'idéal maçonnique

July 1, 2015

1/1
Please reload

Articles récents
Please reload

 L'Idéal Maçonnique,

Objectif Sagesse !