Comprendre le testament philosophique préalable à l'initiation maçonnique

sommaire.jpg

Dessin de YaKaYaKa

voir son blog

La plupart du temps le(la) profane qui a fait sa demande entre dans un processus de rencontres, suivi du passage sous le bandeau, avant de se voir annoncé la date de l’initiation ; au total, il peut se dérouler entre quelques mois et un an. C’est une période ambiguë : on n’est pas encore mais on le sera bientôt ; de sorte qu’à part les lectures que l’on peut s’autoriser, les discussions avec le parrain ou la marraine (lorsqu’il ou elle existe), ou avec des ami(e)s franc-maçon(ne)s (dont le conjoint parfois)  tournent souvent autour de généralités : il faut attendre !

Or cette période est très importante !  Lorsqu’on la vit dans l’attente fébrile d’un « heureux » événement, on rate quelque chose que l’on ne pourra plus revivre !

L’initiation, au premier sens du terme, est avant tout une immersion dans un nouvel univers conceptuel : le vocabulaire, le rituel, les visages, tout va être à découvrir ! C’est cette rencontre avec la nouveauté qui caractérise l’initiation.

Les rituels maçonniques, comme tous les rituels initiatiques, formalisent cette rencontre au travers d’une cérémonie que l’on nomme aussi initiation.

Le recueillement dans le cabinet de réflexion est un des préalables à cette cérémonie ; pendant ce recueillement il sera demandé au (à la) profane de rédiger son testament moral et philosophique.

Il s’agit de répondre à trois questions ; selon les loges et les obédiences plusieurs formulations sont possibles ; à titre d’exemple, voici trois formulations possibles :

  1. Quelle est votre croyance sur l'existence d'un Dieu créateur et principe unique de toute chose; sur la Providence et sur l'immortalité de l'âme humaine; et que pensez vous de la religion chrétienne?

  2. Quelle idée vous êtes vous formée de la vertu considérée dans ses rapports avec Dieu et avec la religion, avec vous même et avec vos semblables?

  3. Quelle est votre opinion sur les vrais besoins des hommes, et en quoi croyez vous que vous puissiez leur être le plus utile?

 

ou

  1. Que doit l'homme à ses semblables ?

  2. Que doit l'homme à son pays ?

  3. Que doit l'homme à Dieu ?

 

ou

1. Quels sont les devoirs de l’homme envers lui-même ?

2. Quels sont les devoirs de l’homme envers sa Famille ?

3. Quels sont les devoirs de l’homme envers la Cité ?

4. Quels sont les devoirs de l’homme envers l’Humanité ?

5. Testament Moral et Philosophique : A sa dernière heure chacun laisse une part de lui-même à la postérité ; il laisse en particulier le souvenir de son comportement moral et l’expression de sa philosophie. Et vous, quel souvenir souhaiterez-vous laisser ? Comment vous y prendrez-vous ?

 

 

La tendance de la plupart des profanes est de prendre ces questions au premier degré et de s’imaginer rédiger un testament de fin de vie comme cela peut se passer pour n’importe quel individu sachant sa fin proche.

 

Or, on ne dit pas assez qu’on est ici dans une toute autre situation. Il s’agit d’une mort d’un état profane qui va muter en une renaissance initiatique. L’initiation agit comme une mue : on va se débarrasser d’un état pour endosser un autre habit.

 

Le testament moral et philosophique du profane doit être compris comme une prise de conscience de cette volonté de changement vers la perfection.  Il est inutile de vouloir faire des déclarations d’intention sur ce qui pourrait être des vertus auxquelles on attache une certaine importance.

 

Si ce testament doit avoir une valeur c’est parce qu’il pourrait receler tout ce que le profane veut abandonner parce qu’il pourrait avoir conscience qu’une autre dimension l’attend avec d’autres valeurs beaucoup plus motivantes que celles auxquelles il était attaché.

 

C'est en aidant le(la) profane à se préparer à cet exercice préalable à son changement d’état qu’on facilitera la compréhension même de l’initiation et en conséquence il réussira cette mort initiatique qu’il ou elle a souhaité réaliser.

 L'Idéal Maçonnique,

Objectif Sagesse !