Rechercher

A propos de l'histoire de la Franc-Maçonnerie

Mis à jour : juil. 20



L'histoire, une base de connaissances pour comprendre l'évolution des idées

Comme l'a écrit André Gide ( "Le présent serait plein de tous les avenirs, si le passé n'y projetait déjà une histoire." - 1932), notre passé nous conditionne. Il faut donc connaître notre historicité pour appréhender notre condition. Contrairement à d'autres domaines, l'histoire de la franc-maçonnerie a longtemps été incomplète ; peu de documents fiables, la difficulté pour explorer ceux qui existent, l'absence d'historiens de qualité s'impliquant dans cette recherche, expliquent cet état de fait. Cependant depuis la dernière guerre, la rigueur méthodologique et la volonté de disposer de sources incontestables a aboutit à la production d'études importantes.

Il est très difficile d'être juge et partie et en l’occurrence d'être franc-maçon et historien. Très vite, l'affectivité offre un biais qui peut jouer comme une autocensure.

Malgré cela, il est possible aujourd'hui d'avoir une approche plus exacte du déroulement des faits.


L'histoire de la franc-maçonnerie : simple, compliquée et douloureuse :

- simple si on se réfère aux dates et aux faits dont on a une trace dans des documents fiables ;

- compliquée si on prend en compte les légendes , les mythes , les similitudes et ces fameuses interprétations qui ont fait florès et qu'on a parfois (trop) tendance à prendre pour des vérités ;

- douloureuse car comme toute histoire humaine, les sentiments et les déclarations d'intention ne résistent pas à des engagements plus prosaïques avec des querelles de clochers et des coups bas peu ragoûtants.

Historiquement, la franc-maçonnerie est une création anglaise.

On sait maintenant et cela grâce aux grands historiens de la Franc-Maçonnerie (en particulier Harry Carr, le célèbre historien anglais et André Combes, Roger Dachez et André Doré qui ont su cultiver la rigueur scientifique de leur art) que l'émergence de la franc-maçonnerie eut lieu en Grande Bretagne, essentiellement en Angleterre et aussi en Ecosse ; cette création se fit à partir d'une mutation des organisations compagnonniques (le terme de freemason prend son origine dans les associations compagnonniques anglaises des tailleurs de pierre) . Cette "mutation" se fit progressivement au XVIIème siècle, à partir de la création des maçons acceptés (qui n'étaient pas du métier des tailleurs de pierre) pour apparaître au grand jour au début du XVIIIème.

Cette origine anglaise ne doit jamais être oubliée car elle permet de comprendre les premières motivations.

Cette création est marquée par un contexte particulier qui a beaucoup influencé l'ordre maçonnique et que l'on retrouve encore aujourd'hui :

  • la déstabilisation de la société anglaise du XVIIème siècle avec une tentative de rejet de l'aristocratie,

  • l'influence d'une élite intellectuelle marquée par le réformisme protestant,

  • la volonté de réaliser un rapprochement entre l'aristocratie et la bourgeoisie.

Cette origine anglaise explique aussi qu'aujourd'hui la grande majorité des francs-maçons du monde est anglo-saxonne.

A partir de cette spécificité anglaise, l'extension des loges dans les autres parties du monde fut possible grâce, essentiellement, à deux éléments que l'on retrouvera toujours :

  • Une certaine alliance entre la bourgeoisie, l'intelligentsia et l'aristocratie

  • Un attrait pour un "libertinage" religieux qui autorise un certain éclectisme.

La France, et c'est une réalité assez rare, acceptera cette création anglaise en essayant de lui donner une spécificité française. Celle-ci prit plusieurs formes mais après la Belgique, qui en fut l'initiatrice, l'originalité française est en lien avec la liberté de conscience qui permit la présence des agnostiques, des juifs et des non-croyants dans les loges .

Il n'est pas le lieu de faire une présentation exhaustive de toute l'histoire de la franc-maçonnerie (histoire des obédiences, celle des acteurs quand leurs actes ont été motivés par leur appartenance maçonnique, histoire aussi des faits en rapport avec la franc-maçonnerie).

Vous trouverez dans ces pages une chronologie (empruntée à un texte de Jean-Loup Cadet-Tuyère avec des ajouts émanant de sources différentes) et des articles plus ciblés sur certaines périodes.

Chronologie

926 : Charte des maçons d'York.

1015 : création de la loge des tailleurs de pierre de la cathédrale de Strasbourg.

1110 : premières guildes anglaises de métiers.

1189 : le 11 février, le Concile de Rouen, condamne, en raison du danger de parjure, les confréries dont les membres promettent de se porter secours mutuellement.

1390 : Le manuscrit Halliwell dit Regius : premier document connu attestant les devoirs des compagnons découvert en Angleterre - Texte en moyen anglais avec l'incipit et les interlignes en latin.

1642 : année des plus anciens documents existants de la Loge de Mother Kilwinning (Ecosse).

En 1649, Henriette d’Angleterre, fille d'Henri IV et de Marie de Médicis, veuve de Charles Ier, se réfugie à Saint-Germain-en-Laye avec des officiers écossais et irlandais.

1660 : Création de la Royal Society à Londres , société savante , qui prendra avec Isaac Newton un rôle fondamental dans la création de la première Grande Loge d'Angleterre ;

1685 : Le 18 octobre , révocation de l'Édit de Nantes.

1688 : Jacques II Stuart, chassé du trône d’Angleterre par son gendre Guillaume d’Orange s’exile à Saint-Germain-en-Laye.

1717 : le 24 juin (cette date est contestée par les historiens) , jour de la Saint-Jean-Baptiste, création de la Grande Loge de Londres et de Westminster, par quatre loges (L'Oie et le Grill, La Couronne, Le Pommier, Le Gobelet et les Raisins)avec Jean-Théophile Désaguliers et James Anderson.

1723 : Parution des Constitutions (The Constitutions of the Free-Masons), rédigées par James Anderson.

1728 : Les francs-maçons français reconnaissent un "grand maître des francs-maçons en France" en la personne de Philippe, Duc de Wharton.

1738 : Les loges françaises constituent la Grande Loge de France.

Le 24 juin, le duc d’Antin (Louis de Pardaillan de Gondrin) est proclamé Grand Maître général et perpétuel des Maçons dans le Royaume de France.

1745 : Bordeaux, création de la Loge Ecossaise par Etienne Morin.

1751 : 24 juin - Allemagne, fondation par le baron Karl Gotthelf von Hund und Altengrottkau de la Stricte Observance qui insiste sur les origines templièresde la franc-maçonnerie.

1753 : Le soyeux lyonnais, Jean-Baptiste Willermoz, fonde la loge de la Parfaite Amitié. Il jouera en 1760 un grand rôle dans la formation de la Grande loge des Maîtres réguliers de Lyon, dont il deviendra le grand maître.

1773 : La Grande Loge de France devient le Grand Orient de France : Le 26 juin les loges, réunies en Grande Loge Nationale, adoptent les statuts de l’Ordre royal de la franc-maçonnerie connu sous le nom de Grand Orient de France.

1776 : Le 1er mai, Adam Weishaupt (juif ashkénaze converti au catholicisme qui étudia chez les jésuites) et le baron Adolf von Knigge, franc-maçon depuis 1773, fondent la société secrète des Perfectibilistes qui deviendra l'Ordre Secret des Illuminés (lluminati) Germaniques, les Illuminés de Bavière.

1782 : Sous la direction du Duc de Brunswick, le Grand Convent Général de la Franc-Maçonnerie à Wilhemsbad reconnaît le Rite écossais Rectifié, système maçonnique (créé par Willermoz en 1778).

1786 : Le Grand Orient adopte le Rite français en 7 degrés : le modèle est fixé pour les trois premiers degrés en loge bleue qui connaissent une forte influence anglaise en distinction toujours des rites écossais.

1788 : création par le célèbre "aventurier" Joseph Balsamo dit Alessandro Cagliostro, d'un rite de la haute maçonnerie égyptienne.

1791 : Le 24 juin, les francs-maçons noirs américains, réunis à Boston, constituent l'African Grand Lodge of North America ; Prince Hall (mulâtre né d'un marchand de cuir anglais et d'une esclave affranchie venue des colonies françaises, et initié en 1775 au sein de la Military Lodge 441 attachée à l'armée britannique stationnant à Boston) est élu grand-maître à l'unanimité ; il le restera jusqu'à sa mort en 1807.

1804 :

- 27 novembre, Joseph Bonaparte (initié à la loge La Parfaite Sincérité de Marseille) est Grand Maître du Grand Orient et son frère cadet Louis Bonaparte est Grand-Maître adjoint.

- création du Suprême Conseil de France qui sera à l'origine de la création de la Grande Loge de France en 1894 ;

1809 : Charles XIII, roi de Suède de 1809 à 1818, crée l'Ordre qui porte son nom.

1815 : Création à Paris du Rite de Misraïm par les frères Marc, Michel et Joseph Bédarride, membres de l'armée impériale de retour d'Italie.

1837 : Création du rite de Memphis par Jean Étienne Marconis de Nègre

1839 : Paris, Agricol Perdiguier, compagnon menuisier dit Avignonnais la vertu, publie le Livre du compagnonnage par lequel il veut réconcilier les trois rites concurrents.

1849 :13 avril, première Constitution du Grand Orient de France : la franc-maçonnerie, "institution éminemment philanthropique, philosophique et progressive, a pour base l’existence de Dieu et l’immortalité de l’âme". Le Grand Orient adopte pour devise : Liberté, Égalité, Fraternité.

1852 : la grande maîtrise du Grand Orient est confiée àLucien Murat : Celui-ci achète l'hôtel de la rue Cadet.

1862 : 11 janvier, Napoléon III, promeut Grand Maître du Grand Orient le général Magnan.

1877 : Le convent de septembre du Grand Orient de France adopte un vœu présenté par Frédéric Desmons qui modifie l’article 1er de sa constitution qui imposait la croyance en Dieu et en l’immortalité de l’âme, le nouvel article est ainsi rédigé :

"La franc-maçonnerie, institution essentiellement philanthropique et progressive, a pour objet la recherche de la vérité, l’étude de la morale universelle, des sciences et des arts et l’exercice de la bienfaisance. Elle a pour principes la liberté absolue de conscience et la solidarité humaine. Elle n’exclut personne pour ses croyances. Elle a pour devise : Liberté, Égalité, Fraternité".

En conséquence :

  • L’invocation au Grand Architecte de l’Univers n’est plus obligatoire ainsi que la présence de la Bible sur l’autel.

  • Chaque loge agit comme elle le souhaite.

  • Le Grand Orient de France est condamné par la Grande Loge de Londres qui l’exclut de l’ordre maçonnique.

1880 : 12 février, création de la Grande Loge Symbolique Ecossaise qui disparut vers 1911 ; cette obédience créée à partir d'une scission du Suprême Conseil de France acceptait des personnalités libertaires ; c'est dans leurs loges que les premières femmes furent initiées.

1881 : Septembre, fondation par Garibaldi du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm réunissant le Rite de Misraïm constitué en 1788 par Cagliostro et le Rite de Memphis constitué en 1815 par des frères ayant suivi Napoléon en Égypte. Initié à Montevideo en 1844 à la loge L'Asile de la Vertu, Garibaldi était membre de la loge Les Amis de la Patrie au Grand Orient de France.

1891 : Fondation de l’ordre Martiniste par Gérard Encausse dit Papus et Augustin Chaboseau. L’ordre revendique l'héritage initiatique de Louis-Claude de Saint-Martin, disciple de Martinès de Pasqually le fondateur des Élus-Cohens (Hauts grades maçonniques), et se propose de perpétuer l’ésotérisme judéo-chrétien.

1893 : 4 avril, Georges Martin et Maria Deraismes fondent, à Paris, la Grande Loge Symbolique Écossaise, Le Droit Humain, ordre maçonnique mixte international, proche du Grand Orient de France bien qu’ayant choisi le rite écossais.

1894 :

- 29 septembre, fondation à Rome de l'Union antimaçonnique universelle ;

- 7 novembre : création de la Grande Loge de France, émanation du Suprême conseil de France ;

1901 : Les socialistes lèvent l'interdit qui, auparavant, frappait la franc-maçonnerie. Le Grand Orient joue un rôle déterminant dans la fondation du parti républicain radical et radical-socialiste.

1902 : 19 mars - Léon XIII condamne la franc-maçonnerie (lettre apostolique Annum ingressi).

1903 : 1er janvier : création du Bureau International de Relations Maçonniques (BIRM) par la Grande Loge Suisse Alpina ; ce BIRM cessera de fonctionner en 1920 (voir un article à son sujet sur le site Si Fodieris Invenies )

1904 : Affaire des fiches : le gouvernement d'Émile Combes(docteur en théologie, ex-séminariste, anticlérical, initié en 1869 à la Loge Les Amis Réunis de Barbezieux) va se faire communiquer des fiches sur lesquelles est mentionné le zèle républicain des fonctionnaires, et des militaires en particulier. Le Grand Orient de France participe à l'élaboration des fichiers bien que de nombreux Frères refusent d'établir ces listes qui ne comportent pas moins de 20.000 noms.

Le scandale éclate lorsque Bidegain, secrétaire au Grand Orient, vend une copie des fichiers au Figaro qui les publie.

Combes, président du Conseil, démissionne le 18 janvier 1905 ; son successeur, Maurice Rouvier, est élu le 24 janvier.

1913 : 5 octobre, la Loge Le Centre des Amis et la Loge Anglaise 204 quittent le Grand Orient et s'érigent en Grande Loge Nationale Indépendante et Régulière pour la France et ses Colonies reconnue par la Grande Loge Unie d'Angleterre comme la seule obédience régulière pour la France.

1934 : L’affaire Stavisky rejaillit sur la Maçonnerie : 3.000 maçons démissionnent.

1938 : Le texte d'Arthur Groussier pour un retour aux sources symboliques du Rite Français est adopté par le Grand Orient (1955 marquera un début de retour du symbolisme dans le rituel du Grand Orient sous le nom de "rite français dit Groussier").

1940 :

- Le 7 août, Arthur Groussier, président du Grand conseil de l’ordre du Grand Orient annonce la dissolution volontaire de celui-ci.

- Le 14 août, une loi interdit les sociétés secrètes, les loges sont dissoutes, leurs biens et archives saisis.

1941 : 11 août - une loi ordonne l’expulsion des francs-maçons de la fonction publique et la publication au Journal Officiel des noms des dignitaires (540 fusillés, 989 déportés).

1945 : 21 octobre : la Soeur Gentily fonde l’Union Maçonnique Féminine de France (qui deviendra, en 1952, la Grande Loge Féminine de France).

1948 : La Grande Loge Nationale Indépendante et Régulière pour la France et ses Colonies prend le nom de Grande Loge Nationale Française (GLNF)

1952 :

- L’Union Maçonnique Féminine de France devient la Grande Loge Féminine de France.

- Fondation de l’ordre Martiniste de Philippe Encausse.

1954 :

- La Grande Loge de France rétablit l'obligation pour ses loges de travailler en présence d'une Bible ouverte sous l’équerre et le compas ; quelques loges lisent les premiers versets de l’évangile de Jean auquel elle est souvent ouverte, sans aucune obligation.

- 5 décembre 1954 : France, réveil de la Grande Loge du Régime Rectifié.

1958 : 2 octobre : suite à une scission au sein de la G.L.N.F., fondation de la « Grande Loge nationale française - Opéra » qui deviendra en 1982, la Grande Loge Traditionnelle et Symbolique Opéra.

1960 : Robert Ambelain prend le contrôle de la Grande Loge Française du Rite ancien et primitif de Memphis-Misraïm.

1961 : 22 janvier : création du Centre de liaison et d’information des puissances maçonniques signataires de l’appel de Strasbourg (CLIPSAS) qui fédère des obédiences "libérales" désireuses de préserver leurs spécificités face aux obédiences anglo-saxonnes "dogmatiques".

1964 : Scission à la Grande Loge de France : 600 frères rejoignent la Grande Loge Nationale de France.

1965 : Création de la Grande Loge féminine de Memphis-Misraïm,

1968 : 26 avril - Fondation de la Loge Nationale Française.

1973 : Février, fondation de la Grande Loge Mixte Universelle issue d'une scission du Droit Humain.

1974 : Janvier, fondation de l’Ordre Initiatique et Traditionnel de l’Art Royal.

1976 : Fondation de la Grande Loge Indépendante et Souveraine des Rites Unis par René-Jacques Martin.

1981 : 10 Janvier, le Grand Maître Robert Ambelain crée la Grande Loge Féminine de Memphis Misraïm.

1982 :

- 18 juin, Londres, Roberto Calvi, membre de la loge Propaganda Massonica Due (P2) dirigée par le Grand-Maître Licio Gelli (exclu du Grand Orient d'Italie en 1981), et président de Banco Ambrosiano dont la banque du Vatican (IOR) est devenu l'actionnaire majoritaire, est retrouvé pendu sous le pont de Blackfriars Bridge.

- 18 décembre, fondation de la Grande Loge Mixte de France (scission de la Grande Loge Mixte Universelle).

1984 :

- Octobre : fondation de la Grande Loge Féminine de Memphis-Misraïm, issue des loges Hator (1965) et Le Delta (1971). La soeur Julienne Bleier est nommée Grande Maîtresse Internationale et Grande Maîtresse pour la France. C'est la seule Obédience Egyptienne que le Grand Orient de France reconnaît officiellement.

1996 : Mai, création de l’Association maçonnique intercontinentale libérale.

1997 : Mai, création de la Grande Loge Mixte de Memphis-Misraïm

1998 : création de la Grande Loge Symbolique de France, qui comprend des loges masculines, féminines et mixtes, (utilise le rite de Memphis-Misraïm)

2003 :

- Octobre : création de la Grande Loge des cultures et de la spiritualité (GLCS), obédience mixte, à partir d'une scission de la GLNF ;

- En novembre, fondation à Nice de la Grande Loge Traditionnelle et Moderne de France (GLTMF).

2005 : La Déclaration de principes du Grand Prieuré des Gaules (Ordre des Chevaliers Maçons Chrétiens de France) est adoptée le 30 avril .

2006 : 9 septembre, la Grande Loge Féminine de France (GLFF), principale obédience féminine, accueille une "cérémonie de présentation" d'un couple de femmes homosexuelles, en présence de délégations de la GLFF et de représentants d'autres obédiences maçonniques ainsi que de la Fraternelle des enfants de Cambacérès, groupement réunissant des francs-maçons homosexuels de toutes obédiences (AFP).

2010 : Le 2 septembre, réunis en convent à Vichy (Allier), 1.200 représentants des loges du Grand Orient votent, à la majorité de 51,5%, que "ne peut plus être refusé qui que ce soit dans l'obédience pour quelque discrimination que ce soit, y compris de sexe".

2011 :

- Le 19 février, un collège de grands officiers installateurs de la Grande Loge unie d'Angleterre, des Grandes Loges unies d'Allemagne et de la Grande Loge nationale française, installe la Grande Loge nationale régulière de la principauté de Monaco (GLNRPM). Jean-Pierre Pastor, consul de Monaco à La Havane, en est le grand maître,

- Le 3 décembre, crise à la Grande Loge nationale de France (GLNF) contre le Grand Maître François Stifani.

2012 :

- avril : création de la Grande Loge de l'Alliance Maçonnique Française, à partir d'une scission de la GLNF ;

- 23 juin, à Aix-en-Provence, constitution de la Grande Loge Traditionnelle de France .

2014 : création de la grande loge traditionnelle initiatique (GLTI), mixte et travaillant au rite de Memphis-Misraïm

2017 : création de la Grande Loge féminine Initiatique francophone ( GLFIF) scission de la Grande Loge Féminine de France : 1ère Présidente Marie-Claude BATIER

NDLR : n'hésitez pas à nous signaler des erreurs, des manquements ou des imprécisions.

Abonnez-vous à notre site
Idéal Maçonnique

Quelques sœurs et frères de différentes obédiences et n'ayant comme unique motivation que celle de transmettre notre amour de la Franc-Maçonnerie dans une optique de pragmatisme et de modernité. Notre animateur, c'est Mateo Simoita, un franc-maçon du GODF qui a plus de 40 ans d'ancienneté maçonnique. C'est aussi notre signature commune.

Mateo Simoita
Responsable du site idealmaconnique.com

Médecin retraité ; initié en 1979 au Grand Orient de France.

  • Twitter