Rechercher

Symbolisme du baiser

Mis à jour : juil. 15



Le baiser maçonnique


Les maçonnes et les maçons ont coutume de se témoigner physiquement leur affection fraternelle ; ils le font généralement soit en se donnant l’accolade soit en s’embrassant ; peut-être peut-on trouver l’origine de ce baiser dans la célèbre injonction de Paul « Salutate invicem in osculo sancto » (2ème épître aux Corinthiens) ou dans « Saluez tous les frères par un saint baiser » (I Thessaloniciens 5 :26).


A propos de l’accolade, il y a parfois une confusion avec la colade qui est d’origine chevaleresque (que l’on retrouve aussi en franc-maçonnerie de nos jours avec la triple frappe sur l’épaule gauche) .


Le baiser maçonnique lui se fait généralement par trois : le premier sur la joue droite, le second sur la joue gauche et le troisième à nouveau sur la joue droite ; il faut noter que dans les loges africaines on ne pratique généralement pas ce baiser mais un fraternel et triple affrontement des fronts.


On retrouve le baiser sur le front dans les rituels des hauts grades et on voit aussi parfois des vénérables maîtres dans certains rites faire ce troisième baiser sur le front au moment de la réception du nouvel initié à la place du troisième baiser sur la joue droite.


Quelles significations donner à ce baiser sur le front ?


Dans le monde profane, le baiser sur le front n’est généralement pas précédé par un ou des baisers sur les joues. Il symbolise une affection particulière avec une forte connotation de protection.


Si les études concernant le baiser sur la bouche sont nombreuses, le baiser sur le front suscite beaucoup moins de littérature. L’utilisation de cette pratique au cours de l'histoire entre le plus souvent dans les relations entre vassal et seigneur, ou dans les premiers temps de l'Eglise chrétienne.


La majeure partie des références aux baisers au front concernent des relations entre sujets engagés dans un rapport de filiation ou de protection. Car il faut noter que celui-qui donne le baiser n’est pas le même que celui qui le reçoit, contrairement au baiser sur la joue, ou sur les lèvres ; « Les pères et les mères doivent baiser leurs enfants au front. » énonce le Dictionnaire de Furetière en 1690.


Fin XIXe-début XXe siècle, on retrouve ce conseil dans les « bons usages » :


«La comtesse de Gencé conseille aux jeunes filles qui se respectent de rester « sobres d’embrassades ».


On s’embrasse entre amies d’enfance ou entre parents, sur la joue si la différence d’âge n’est pas grande, sinon sur le front. C’est toujours le plus âgé qui prend l’initiative, et aucun baiser ne peut être échangé dans la rue ou dans un endroit public. » (référence : Le Baiser : premières leçons d'amour )


En Franc-Maçonnerie, on retrouve une référence au baiser sur le front au rite pratiqué par la Mère-Loge écossaise de Marseille (1750), ou Rite philosophique en 18 degrés, dans le rituel du double grade Général des Argonautes et Chevalier de la Toison d’Or (10ème et 11ème grade) où dans le cadre de l’instruction du récipiendaire il est dit :

« L’accolade est de baiser au front celui qui vous reconnaît et qu’il doit rendre de la même façon.»


On voit bien dans ce texte la filiation entre la colade chevaleresque, l’accolade et le baiser sur le front. On pourrait dire que celui-ci n’a plus vraiment le même contenu de protection que dans le sens profane mais celui de reconnaissance et d’admission.


Il en est aussi fait mention dans le livre de William Morgan « Mysteries of Freemasonry » (1826) dans une réception d’un grade de perfection « Some Knights, in addition to this, kiss the forehead of the brother saying « Alpha » to which he answers « Omega ». » Dans ce cas il n’entre pas dans le cadre du triple baiser.

Au Rite Ecossais Rectifié, c’est au troisième degré qu’après l’élévation, le rituel enjoint le VM :


« Il l'embrasse en lui donnant le baiser fraternel sur les deux joues et au front. »


On pourrait se poser la question de la place du baiser sur le front dans le rituel maçonnique ; geste symbolique qui se place dans la reconnaissance, la protection ou la fraternité , ne mériterait-il pas d'être plus pratiqué ?

Abonnez-vous à notre site
Idéal Maçonnique

Quelques sœurs et frères de différentes obédiences et n'ayant comme unique motivation que celle de transmettre notre amour de la Franc-Maçonnerie dans une optique de pragmatisme et de modernité. Notre animateur, c'est Mateo Simoita, un franc-maçon du GODF qui a plus de 40 ans d'ancienneté maçonnique. C'est aussi notre signature commune.

Mateo Simoita
Responsable du site idealmaconnique.com

Médecin retraité ; initié en 1979 au Grand Orient de France.

  • Twitter