top of page

Vient de paraître "Les cahiers de l'Alliance" N°14 - La Mort au présent


La nouvelle édition des Cahiers de l'Alliance, sous la direction de Jean-Claude Tribout, est consacrée à la thématique de "La mort au présent face à l'éternel orient" !


Le sommaire annonce plusieurs articles de l'équipe rédactionnelle :




Dans son avant-propos Fred Picavet, Grand Maître de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française, avec un brin d’humour, emprunte le titre donné à son billet à celui d’une pièce de théâtre de boulevard signée Marie Torrès. Cela ne l’empêche pas de redevenir sérieux en présentant la complexité du sujet et les facettes qui seront développées par les auteurs.


L’article de Gaston-Paul EFFA, « Les morts ne sont pas morts » est une belle illustration de la spiritualité animiste qui place les esprits dans un continuum du vivant. A noter un commentaire du célèbre poème de Birago Diop (1906-1989), « Souffles ».





L’interview de Marie de Hennezel par Jean Dumonteil donne un éclairage d’experte. Elle parle de son vécu, qui fut accompagnement, évoque ses doutes et aussi ses craintes.


Pour François-Xavier TASSEL , « La mort pour décrypter la société », le plus long article de ce numéro avec 17 pages, lui permet de se placer comme un observateur des vivants dans le rapport avec les morts. Reprenant les différentes époques des sociétés humaines. Il s’agit au final d’un plaidoyer pour inciter les humains à ne pas se désintéresser de cet accompagnement des morts qui tend à disparaître.


Pierre PELLE LE CROISA avec « La mort est le sens de la vie » prend prétexte de la mort pour se poser la question du « sens de la vie », pour finalement remettre en question cet exercice !


Les « Réflexions d’un initié sur la mort », de Jacques TRESCASES constituent un développement symbolique pour justifier une vie …. « éternelle » !


Gaël de KERRET se préoccupe lui des rituels des tenues funèbres dont il analyse « la dramaturgie ». Très intéressant article pour mieux comprendre les tenues funèbres auxquelles on sera amené à assister.


Avec « La Franc-maçonnerie ou l’amour de la mort » Jean Dumonteil pourrait être taxé de provocateur s’il ne prenait pas la précaution de rappeler qu’il s’agit d’une expression tolstoïenne dans un passage de « Guerre et Paix » décrivant une initiation maçonnique. Son article témoigne d’une volonté, affirmer que le rituel maçonnique non seulement n’élude pas la problématique de la mort mais aide l’initié à l’assumer sans faiblesse ! Entre le rite et la réalité vécue peut-on réellement faire un rapprochement ? Peut-être pour certains ?


Globalement, il faut reconnaître que l’équipe des Cahiers de l’Alliance aborde ce thème par différentes approches en respectant la liberté de conscience.


A noter, en fin d’article un extrait du livre de Robert Redeker « L’éclipse de la mort » ; dans cet extrait l’auteur regrette que la mort dont on parle ne soit pas vraiment celle qui est vécue : « Il se passe avec les images de la mort le même phénomène qu’avec la pornographie : les une et les autres ne représentent rien que, généralement on vive. », une allusion indirecte à Eros et Thanatos en guise de final !


Une sélection bibliographique d’ouvrages maçonniques ou consacrés à la mort clôture la revue.



Sujet de société, problème humain existentiel, thème d’inspiration pour la pensée symbolique, la mort est dans nos pensées dès que l’on se pose pour réfléchir.


Ne pourrait on pas dire que l’existence humaine est une attente de la mort ?


Sur le plan sociétal, le diagnostic est le constat de la tendance de notre société occidentale à opérer une sorte de déni ; que faire ? C’est une sorte d’avertissement qui est lancé : « Prenez soin de la mort ! », on pourrait ajouter de Votre mort, de Notre mort !


D’un point de vue symbolique, un thème apparaît de façon subliminale : et si le rituel maçonnique était un rituel funéraire ? « L’accompagnement » de Maître Hiram ne pourrait-il pas être considéré de cette manière ?


D’un point de vue humain, on aurait pu s'attendre à ce que soit évoqué la mort des francs-maçons aujourd'hui, avec son contenu de souffrance, la difficulté de prendre en compte les dernières volontés, le courage, parfois, d’assumer en toute lucidité les derniers instants de conscience !


Soulignons la qualité de la présentation et des illustrations bien choisies.


On aurait pu penser qu’il soit fait allusion au fait que le rituel maçonnique nous parle de la mort et en particulier d’une mort particulière, qui n’est pas nommée mais que l’on peut appréhender à travers de nombreux indices symboliques qu’il faut savoir comprendre ! Cette mort est notre modèle auquel nous sommes invités à nous référer ! Et pourtant …. !


Ne peut-on pas constater que les humains ont généralement trois types de réactions face à la mort :

· La révolte et le refus de l’accepter (en particulier lorsqu’il s’agit d’enfant)

· La soumission et l’acceptation,

· La peur et l’angoisse ?


Tout se passe comme si les rituels (y compris le rituel maçonnique) nous aidaient à l’accepter !




La Mort au présent

face à l’éternel Orient

Cahiers de l’Alliance N°14 – GL-AMF

Editions Numérilivre - commande en ligne

Paris, février 2023, 120 pages, 20 €. – abonnement un an, 3 numéros, 48 €.

Rédacteur en chef : Jean-Claude Tribout


 

Pour aller plus loin



Par Dominique Zahan


Yves Lamoureux

Dans Empan 2002/3 (no47), pages 105 à 111


































226 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page