Loges et psychopathies

 

La loge confrontée aux troubles du comportement

 

Demander à entrer dans une loge est possible pour tout un chacun. Les différents entretiens que le(la) candidat(e) aura avec des membres de la loge permettent de faire une sélection qui a pour but de déterminer si la démarche maçonnique est compatible avec la personnalité de la personne en question.

 

Il est généralement demandé d’être de bonne foi, sincère et authentique, sociable (c'est-à-dire capable de respecter les règles communes de vie en société), humaniste et empathique envers les autres, apte à réfléchir et à étudier.

 

Cependant, de nombreux biais sont possibles soit parce qu’on sous-évalue les réelles possibilités d’adaptation, soit  parce que certains éléments de la personnalité ont été, consciemment ou inconsciemment, occultés.

 

De sorte que deviennent francs-maçon(ne)s des êtres humains qui ont un mode de fonctionnement « particulier » qui peut, dans certaines situations, provoquer des difficultés relationnelles.

 

Dans la plupart des cas, il s’agit de troubles mineurs de la personnalité qui peuvent être tolérables dans la vie d’une loge, mais parfois, le trouble présenté peut être un véritable problème pouvant perturber de façon plus importante le travail en loge.

 

La classification de référence des troubles mentaux internationalement reconnue est celle que la société américaine de psychiatrie réalise sous l’acronyme de DSM ( Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) depuis 1980 ; la 5ème édition a été publiée en 2013.

Sans rentrer dans le détail des pathologies possibles n’ayant pas été jugées incompatibles avec l’initiation (soit en toute connaissance de cause soit par méconnaissance), il est possible de distinguer  neuf   types de personnalités plus fréquemment rencontrées  et méritant une approche différenciée :

  • paranoïaque

  • hystérique

  • mythomane

  • bipolaire

  • border line

  • addictive

  • anxieuse

  • dépressive

  • schizoïde

 

L’objet de cet article est d’essayer de faire le point sur ces principales  situations possibles en postulant qu’il est peut-être possible de concilier la démarche initiatique et la personnalité.

 

Le travail en loge exige plusieurs capacités ; entre autres :

  • une empathie naturelle pour les autres

  • l’attention et la compréhension de l’écrit et de l’oral

  • le respect du silence

  • le maintien d’une posture

  • une grande politesse et un savoir vivre en concordance avec la sociabilité contemporaine

  • le respect de l’autorité

  • l’absence d’agressivité

  • la prise de parole

  • le respect des opinions différentes des siennes

  • le maniement de la pensée symbolique

  • une certaine disponibilité

  • une humilité et une certaine discrétion

  • le respect du secret et de la non-divulgation d’informations personnelles.

 

Les difficultés peuvent survenir soit du fait du non respect de ces exigences soit secondairement à un conflit interpersonnel avec un ou plusieurs autres membres de la loge.

 

Pour essayer de trouver un mode de règlement convivial, il est important d’avoir une appréciation de ce qu’il est possible de comprendre , en sachant que chaque situation est particulière et mérite une adaptation.

 

Les huit catégories de personnalités pré-citées peuvent se retrouver de façon partielle dans certains comportement de frères ou de sœurs et comme la loge est généralement accueillante, que les échanges peuvent être relativement formels et superficiels, il est tout à fait possible que l’acceptation ne pose pas de problème particulier jusqu’au jour où l’extériorisation de la personnalité la mettra sous un jour « particulier »

 

Rappel des principaux profils de caractères

 

  • Personnalité paranoïaque

 

C’est classiquement un trouble psychotique  qui peut se manifester de façon très variable avec deux grandes caractéristiques : une très grande susceptibilité et une utilisation parfois incompréhensible d’accès de violence (verbale plus souvent mais parfois physique)

 

  • Personnalité hystérique

 

C’est classiquement un trouble névrotique se caractérisant par deux caractères : une certaine théâtralisation de l’expression et une tendance aux conversions somatiques avec des crises aiguës

 

  • Personnalité mythomane

 

Tout le monde ou presque ment au moins une fois dans sa vie, mais tout le monde n’est pas mythomane ou pathomane (simulation d’une maladie). C’est un trouble complexe parfois présent dans d’autres types de personnalité comme la personnalité bi-polaire. On l’analyse surtout comme un trouble entrant dans la catégorie des sociopathies. Le sujet se crée une réalité imaginaire à laquelle il fait tout pour la rendre crédible. La relation de confiance peut être fortement perturbée.

 

  • Personnalité bipolaire

 

Egalement de nature psychotique, c’est une personnalité qui déroute par la variabilité de l’humeur avec des accès d’euphorie et d’autres de profonde apathie.

 

  • Personnalité border line

 

C’est une personnalité particulière, à la fois fragile et capable d’élans ; ayant tendance à douter beaucoup et d’attendre beaucoup des autres . Les personnalités border line apparaissent parfois dans des conditions d’épuisement après un surmenage .

 

  • Personnalité anxieuse

 

C’est un des troubles les plus partagés provoquant généralement une inhibition ; modéré, il peut être facilement gérable mais à un degré plus important il peut être très gênant.

 

  • Personnalité dépressive

 

Il y a plusieurs types de dépression selon l’âge et les circonstances d’apparition ; les traits le plus souvent retrouvés sont la dévalorisation et la perte du désir ; c’est souvent masqué par un discours lénifiant .

 

  • Personnalité schizoïde

 

C’est une forme particulière de personnalité avec un repli sur soi, un manque d’intérêt pour les relations sociales et une capacité de dissociation avec production d’éléments délirants.

 

  • Personnalité addictive

 

C'est une forme de personnalité très souvent rencontrée dans sa forme banale ; à un degré supérieur, cette personnalité est très active et entreprenante et occupe souvent des postes de responsabilité ; les problèmes peuvent survenir soit du fait de la nature de l'addiction (boissons alcoolisées, activité sexuelle, utilisation de psycho-stimulantsn etc.) soit du fait de l'apparition d'une situation d'échec)

 

Les situations potentiellement conflictuelles 

Si l’on considère que l’essentiel pour des travaux maçonniques cohérents est la capacité de la loge à créer et à maintenir un climat de sérénité sans conflits inter-personnels , il est clair que cela suppose de la part des membres du collège des officier(e)s une capacité d’écoute et  un sens du tact pour percevoir les signes qui permettront de mieux comprendre les personnalités pouvant « détonner ».

 

Deux types de personnalités sont particulièrement difficiles :

  • le (la) mythomane : on dit de façon triviale que c’est une personnalité « à faire battre des montagnes » pour exprimer combien les contresens peuvent avoir d’importantes conséquentes !

  • le(la) paranoÏaque : avec ce type de personnalité, la communication est extrêmement difficile surtout pour ne pas alimenter des rancoeurs qui auront du mal à être soldées.

 

Quatre types de personnalités peuvent créer des interférences :

  • la personnalité hystérique qui peut « prendre de la place » et nécessite d’être « gérée »

  • la personnalité border line qui dans certaines phases peut faire douter de sa crédibilité

  • la personnalité bi-polaire sutout dans ses phases hypomaniaque où l’activisme peut être débordant.

  • La personnalité addictive dans ses périodes de déstabilisation.

 

Deux personnalités mériteraient un soutien extérieur  :

  • la personnalité anxieuse qui peut être souffrante

  • la personnalité dépressive qui peut se décourager .

 

La personnalité schizoïde est très intéressante

  • C’est sûrement la personnalité qui a le plus de mal à associer les deux versants de la démarche maçonnique : une nécessaire empathie pour les autres et un travail personnel à tonalité ésotérique ; 

  • Etant mal à l’aise avec l’empathie, le refuge peut se trouver dans un mysticisme pouvant être délirant.

  • Cette personnalité adore l’occultisme, les recherches historiques et les rituels les plus compliqués.

  • En dehors d’une certaine difficulté à nouer des relations conviviales, la personnalité schizoïde est peut-être celle qui pose le moins de problème  à condition de respecter ses exigences.

 

Vouloir identifier ces neuf personnalités parmi toutes les personnalités d’un groupe humain peut avoir un aspect réducteur dans la mesure où nous savons tous combien le maintien de relations authentiques et empathiques est difficile, mais peut-être que la difficulté est encore plus grande dans ces neuf catégories où l’instabilité est  proche.

 L'Idéal Maçonnique,

Objectif Sagesse !