top of page

De l'intérêt d'une démarche maçonnique collective !

Dernière mise à jour : 8 oct. 2022




Solliciter l'appartenance à une loge maçonnique est un acte de jonction avec d'autres individualités ! A ce titre, on peut penser qu'une démarche collective est en attente !


Il y a la démarche maçonnique collective de la loge à laquelle on appartient et aussi celle de l'obédience à laquelle appartient la loge. On pourrait aussi évoquer la démarche collective des la franc-maçonnerie en général par rapport aux autres organisations de la société civile.





Au niveau de la loge : une exigence "Un-e maçon-ne libre dans une loge libre !" (voir l'origine de cette expresion)


Aujourd'hui, dans ce début du XXIème siècle, une vieille structure comme une loge maçonnique fonctionne sur la base d'une antériorité qui a fixé des codes et des rituels. Le "comment" impose sa marque alors que le "pourquoi" n'est pratiquement jamais abordé.


Les êtres se retrouvent, refont des gestes comme cela a toujours été et se retournent chez eux ! Tel que le groupe maçonnique fonctionne, les échanges sont superficiels et généraux ; rarement l'implication personnelle est mise en avant. De même le partage se résume le plus souvent à la gestuelle de la rencontre.


Chacun-e est dans son monde ; on cohabite, on déclame, on écoute aussi de beaux propos, mais l'essentiel c'est le travail personnel que chacun-e peut faire !


Il y a, bien sûr, des interférences avec ce qui se vit dans l'actualité, la politique, l'économie, les bouleversements de la nature ; chacun-e peut avoir d'autres appartenances à d'autres dynamiques collectives.



Mais quelle est la spécificité de la franc-maçonnerie ?


Historiquement, on pourrait dire que c'est un mouvement politico-philosophique à connotation ésotérique jouant un rôle de sociabilisation.


La recherche de la cohésion et la volonté de faire régner une ambiance fraternelle aboutit souvent à un mode de fonctionnement à tendance sectaire où l'autocensure et l'autosatisfaction dominent. Malgré cela, ou à cause de cela, le fractionnement des loges et les démissions sont courantes. De sorte que les loges vivent des moments très variés d'une plus ou moins grande cohésion avec des périodes dynamiques et d'autres d'une certaine léthargie , tout cela en fonction de la personnalité des animateurs, de leur entente ou de leur mésentente.


Mais rares sont les processus de réflexion collective pouvant redonner un sens partagé à une démarche collective.



Qu'est-ce qu'une démarche collective ?

"L'espace des actions collectives

Les actions collectives varient selon deux dimensions :

  • le mode d'interaction utilisé (allant du personnel à l'impersonnel)

  • et le mode d'engagement ressenti. (allant de l'entrepreneurial à l'institutionnel) parmi les participants à l'action collective." (source )


Se regrouper trouve sa justification dans la volonté de mettre en oeuvre une action collective destinée à atteindre un ou des objectifs collectivement définis et approuvés.


Dans une loge maçonnique, il y a des objectifs préalables "Améliorer l'homme et la société" par exemple, qui restent très vagues, ne sont jamais remis en question par le groupe et qui ne suscitent pas le désir d'être explicités.


Et ces objectifs ne suscitent que rarement l'élaboration de projets d'actions collectives.


On peut facilement comprendre la contradiction qui traverse le groupe maçonnique : Une dimension collective avec des objectifs imposés, flous et sans actions collectives pour y parvenir !


Que reste-t-il ?


Un lieu où se pratique un rituel auquel chacun est libre d'adhérer ou non ! La dimension collective se traduit par deux composantes :

- se réunir pour jouer un rituel avec une théâtralisation,

- la possibilité de nouer des relations personnelles avec des membres du groupe.




Au niveau de l'obédience


Dans chaque obédience, la définition d'objectifs communs et la mise en oeuvre d'actions collectives concerne soit des actions caritatives, soit des manifestations diverses (conférences, salons, commémorations, expositions, par exemple)


Cela concerne généralement une minorité de personnes ayant la plupart du temps une fonction élective.



Au niveau de la Franc-Maçonnerie en général


Il arrive que des communiqués de presse co-signés par les responsables soient diffusés.

cela concerne le ou la grand-e-maître-sse de chaque obédience.



Ce texte ne concerne pas spécifiquement le groupe maçonnique mais ne pensez vous pas que cette description se rencontre souvent en loge ?



Les obstacles à l'action collective :


Il y a deux sortes d'action collective possibles au niveau d'une loge :


- L'action collective concernant des objectifs impliquant la vie interne de la loge

- L'action collective concernant des objectifs d'extériorisation


- Les obstacles au niveau de la loge :

  • L'absence de disponibilité

  • La faible motivation

  • La peur de se dévoiler pour les manifestations d'extériorisation

  • Le laissez-aller, la routine, le "pas de vague, SVP"

  • et d'autres raisons


On peut classer les différents groupes selon deux critères essentiels :

  • La cohésion du groupe (ce critère concerne la qualité des liens existant entre les membres du groupe : entraide, absence de divisions internes, bienveillance)

  • La liberté d'initiative des membres du groupe : La liberté d'expression, la prise en considération des individualités, la capacité d'intégration des spécificités, le respect muturel)



La fausse dialectique sociétale/symbolique


La plupart des loges fonctionnent sans boussole : pas d'objectifs réfléchis, pas d'actions pensées ! Il s'agit de mettre à l'ordre du jour une ou deux planches et/ou une cérémonie rituelle. et sur la base d'une à deux réunions mensuelles 10 mois sur 12 l'année se déroule cahin-caha !


Parmi les thèmes de planches certains ateliers privilégient soit des thèmes en rapport avec les problèmes sociaux soit des thèmes symboliques ! La réputation du travail dans certaines obédiences veut que les planches dites sociétales s'accompagnent souvent d'interventions passionnelles.


A notre humble avis, ce n'est pas le thème qui est en cause mais la mauvaise organisation des prises de paroles qui transgresse la règle qui veut qu'en loge on ne polémique pas , on ne juge pas, on transmet une proposition concernant un sujet ! Les interventions doivent par ailleurs être modérées et bienveillantes !



Les officiers de la loge qui ont la responsabilité d'organiser et d'animer le fonctionnement du groupe maçonnique au niveau de la loge doivent veiller à ce que l'effet de groupe ne perturbe pas la dynamique du groupe ! C'est très difficile ! Pour l'éviter, l'idéal serait d'une part de demander aux officiers de ne pas exprimer leurs opinions, de procéder toujours par le vote par boules noires et blanches ou par dépôt de propositions dans une urne et d'éviter un environnement passionnel.


Quelle dynamique collective ?


On l'a dit, participer à un groupe n'a de sens que si on souhaite s'inscrire dans une dynamique collective qui fixera des objectifs et des actions pour réaliser ces objectifs !


Concevoir cette démarche collective nécessite une méthodologie qui n'est pas compatible avec le travail rituélique ; cela se fait habituellement dans ce qu'on appelle des tenues de comité où le rituel est réduit à ce qui concerne la prise de parole



Quelques exemples :


Une loge est libre ; elle peut donc décider collectivement :

- de travailler pendant une ou plusieurs années sur un sujet de prédilection par exemple "la connaissance de soi"

- une fois le thème déterminé, l'ensemble de la loge aura à décider des actions à mettre en oeuvre pour atteindre l'objectif choisi : intervenants, travaux à partager, animations, etc.


Au niveau obédientiel


Il est fréquent que l'engagement collectif obédientiel se décide au niveau du conseil de l'ordre ; il arrive cependant que le convent ait à fixer un ou des objectifs !


La plupart du temps, cela ne concerne que quelques membres ! Cette incapacité à mobiliser l'ensemble des membres d'une obédience sur un objectif précis avec des actions bien calibrées pose problème !


Est-ce du à une perte de sens ?


Au niveau de la Franc-Maçonnerie , quelques actions interobédientielles se manifestent sous forme d'un communiqué de presse commun : est-ce bien adapté aux exigences de la communication ? On peut en douter !


Très peu (pour ne pas dire aucune) d'action collective concerne un objectif qui pourrait être commun à plusieurs obédiences !


Comment mettre en oeuvre l'intelligence collective d'un groupe


"Travailler ensemble, coopérer est une des caractéristiques de l’être humain. Cette capacité peut être très performante dans le domaine du travail.

L’intelligence collective est « un état de maturité d’un collectif où le niveau de performance collective est très élevé ». La performance collective assemble deux facteurs : productivité (qualité des ressources, processus de décision) et positivité (M. MORAL, 2010).

Pour permettre le développement de l’intelligence collective, il faut savoir constituer un groupe composé d’individus ayant des compétences complémentaires, se faisant confiance, autour d’un projet commun aux objectifs partagés par tous.

Ce groupe doit être animé, managé afin de favoriser :

  • une coopération efficace

  • la motivation et l’engagement des participants

  • la différenciation des tâches claire et acceptée par tous

  • l’expression de tous

  • la reconnaissance des apports des membres"


C'est, me semble-t-il le critère de la qualité de fonctionnement d'un groupe de nature philosophique comme peut l'être le groupe maçonnique !



Conclusion


On l'a vu il existe une réelle carence de l'engagement collectif maçonnique !


De nombreux auteurs d'ouvrages maçonniques semblent mettre en doute l'intérêt d'une démarche collective en valorisant la démarche initiatique individuelle censée faire connaître l'extase des mystères !


Tout est dit pour essayer de démontrer que l'initiation provoque un changement individuel qui accompagne la découverte d'une dimension mystique !


Depuis des siècles , le même discours avec des variantes personnelles : Cherchez et vous trouverez ! Et en attendant, silence !


Et que chacun-e puise dans la littérature des différents "sages" de la "tradition" , de l'Egypte ancienne à la cabbale, en passant par les occultistes, les chevaliers du Temple et autres "Nibelungen".


Discours facile puisqu'il n'est pas demandé de fournir des preuves ni d'évaluer les promesses !


Discours destructeur car pendant ce temps là, toute velléité de dynamique collective est jetée aux orties !


Tout se passe comme si des grands prêtres ou des grandes prêtresses voulaient garder leur main mise sur une liturgie immuable haute en couleurs !


Et bien sûr quoi de mieux pour justifier son bon droit que d'exorciser le démon qui prétendrait vouloir faire du "social" ou du "sociétal" !


Que tout cela voisine le vide sidéral du délire, qu'aucune crédibilité scientifique ne soit avancée, que nombreux parmi ces "gourous" ont eu des parcours pour le moins inquiétant, n'est pas un problème : La Vérité est transcendance !


Si on prétend vouloir être sérieux, ne pourrait on pas revenir à une rationalité éprouvée ?


Que la dimension individuelle autorise tous les imaginaires, c'est sans problème mais qu'adopter une structure collective ne se traduise pas par une recherche d'une pensée collective, cela semble complètement déraisonnable !

A part l'engagement caritatif très développé par les obédiences anglo-saxonnes, on doit bien faire le constat du peu de réflexion collective menée de façon dépassionnée, de la rareté d'actions collectives quelque soit le niveau concerné qui puissent être considérées comme un dépassement de la pensée individuelle !


Tout cela est regrettable mais explique aussi un certain désenchantement de celles et ceux qui ne comprennent pas notre spécificité !


C'est également dommageable pour la société toute entière car nous semblons incapables de jouer notre rôle de promoteur d'un centre de l'union.


Et pourtant, cette carence actuelle mériterait une réflexion inter-obédientielle sérieuse ! Tout le monde a à y gagner ! Chaque obédience peut garder sa spécificité sans craindre d'être manipulée !


Définir collectivement un ou plusieurs objectifs puis fixer des modalités d'action et se mettre au travail ! Puis évaluer ce qui a été fait !



Autres manières de voir


365 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout

2 Comments


Très intéressant constat

Like

Essayer de réenchanter le monde est certainement le meilleur chemin pour participer au bonheur de la vie, il y a tant à faire ! Bon courage à tous FRATERNITE

Like
bottom of page