Rechercher

Le conseil de l'ordre du GODF contesté

Mis à jour : juin 6



Depuis quelques semaines, des sœurs et des frères du Grand Orient de France diffusent une "lettre ouverte" qui se veut une protestation sur la légitimité de l'énoncé d'une analyse politique émise par le conseil de l'ordre du GODF à partir de l'expression d'un des conseillers de l'ordre.


C'est lors du conseil de l'ordre des 26 et 27 février 2021 que Jean Javanni Grand Maître Adjoint - République, Laïcité, École, a fait une déclaration qui se voulait une analyse des débats concernant la laïcité dans la société française. Jean Javanni déclarait :



"Sans entrer dans une querelle de mots et de concepts, notons tout de même que plusieurs universitaires et chercheurs dénoncent, depuis plusieurs années, notamment dans les études de sociologie, l’emprise des théories dites racialistes, indigénistes et décoloniales. Ils estiment que des présupposés militants obscurcissent l’analyse scientifique du terrain sur lequel portent leurs études. Cela recouvre aussi l’idée, reprise par de nombreux analystes politiques, selon laquelle plusieurs courants politiques, notamment classés à gauche, ont remplacé, comme point d’appui du renversement de la société capitaliste, la figure du prolétaire par celle de l’immigré, sans aucune distanciation par rapport aux aliénations, notamment religieuses, que ce dernier peut véhiculer depuis les sociétés d’origine."


Il semblerait que cette mise en cause de la figure de "l'immigré" ait particulièrement choqué certains membres du GODF au point de contester la légitimité du conseil de l'ordre du GODF à s'exprimer au nom de toutes les loges qui constituent l'obédience.


Voici l'essentiel de cette "lettre ouverte" qui s'adresse aux membres du conseil de l'ordre et qui a été publiée en particulier sur le site de "La Maçonne" :


"La crise sanitaire n’en finit pas. Elle s’installe, elle dure, et le jour d’après s’estompe comme le jour d’avant qui ne reviendra pas identique.

Les activités du Conseil de l’Ordre continuent, sans doute. Mais les activités des Loges souffrent d’un manque d’initiative. La circulation de la parole et l’imagination collective ne semblent guère vous préoccuper.


Mais alors, en quoi nous représentez-vous ? Vous continuez à parler en public en notre nom, affichant des prises de position politiques avec lesquelles nous sommes nombreux à être en désaccord.



Les incompréhensions, de façon très perceptible, grandissent entre le Conseil de l’Ordre et les Loges.

À commencer par cette obsession du « voilement des femmes » (sic) que vous présentez comme le nec plus ultra de la lutte contre l’Islamisme radical et terroriste. Fantasmatique, extravagant, délirant, par rapport au réel de la société, de ses crises sanitaires, économiques, symboliques, en regard de l’accroissement des inégalités

Comme si votre préoccupation du « voile des femmes » devenait le centre de la Franc-Maçonnerie … et de la désunion !

À tant faire, votre obsession est devenue stigmatisation.

Souffrez que nous ne soyons pas d’accord, de façon automatique et réglementaire, avec vos postures politiques. Vous puisez à des sources amères, glauques, Printemps Républicain, stars des média, groupuscules de droite extrême ou racistes «de gauche».

Ce registre, il vous semble naturel qu’il soit le nôtre, par ruissellement peut-être ?


Vous avez été jusqu’à faire vôtre le prétendu « concept » de « l’islamo-gauchisme », lequel gangrènerait la République et ses universités. La manipulation s’ajoute au matraquage médiatique montés de toute pièce par une presse domestiquée et la facho-sphère.

Quelle chute, quelle régression de la pensée maçonnique.

Peut-être vous assimilez-vous au camp des Versaillais et de leur Semaine Sanglante, Jules Ferry et Adolphe Thiers seraient pour vous des bourreaux tout à fait fréquentables : c’est une affaire de conscience. Mais alors comment pouvez-vous participer au moindre rassemblement au mur des Fédérés ?

Non, vous ne pouvez pas imposer vos opinions à l’ensemble de la Franc-Maçonnerie.

La ligne blanche est franchie par les écrits du G.:M.: adjoint. Pour lui, les courants politiques classés à gauche « ont remplacé la figure du prolétaire par celle de l’immigré, sans aucune distanciation par rapport aux aliénations, notamment religieuses, que ce dernier peut véhiculer depuis les sociétés d’origine » ( Relevé de décisions du Conseil de l’Ordre 26 et 27 février 2021, annexe 13).

Le G.:M.: adjoint ne peut être plus clair : l’immigré est a priori suspect d’aliénation, par sa religion, et fonction de ses origines mêmes. Cette position, étalée sans complexe, est - elle seulement partagée par le Conseil de l’Ordre, ou bien majoritaire, voire unanime ?

Le temps est venu de mettre un terme à cet étalage nauséabond, déployé en toute irresponsabilité.

C’est bien une fiction, ce processus réputé démocratique, qui régit votre accession à un Conseil de l’Ordre considéré par vous comme un exécutif centralisateur. Les Frères et Soeurs du GODF vous ont élus à travers leurs représentants en Loge, puis nos représentants aux Congrès, puis au Convent parmi 1 500 Loges, puis enfin au Conseil lui-même, objet d’arrangements préparés à l’avance entre vous ...

Les Soeurs et Frères qui découvrent le nouveau Grand Maître dans la presse le jour de son élection ne savent rien ni de ses intentions et ni de sa vision de la Franc-Maçonnerie.

Autant proclamer franchement que la démocratie représentative est morte !

Nous voulons vivre notre maçonnerie en maçons libres.

Nous avons besoin d’une libre circulation de la parole, de la levée de tous les obstacles à la communication entre Soeurs et Frères et entre les Loges.

Nous avons besoin par exemple de l’accès libre à l’annuaire des Loges pour que des échanges et des réunions puissent se construire d’un bout à l’autre du pays. La visioconférence le permet très facilement.

Nous avons besoin de connaître les initiatives qui font vivre la Maçonnerie, réunions, initiatives, publications …

Nous rejetons les menées centralisatrices en cours : comment un seul pourrait-il parler au nom des 55 000 Soeurs et Frères. Nous avons besoin de délibérer.

Nous avons besoin de l’apport de la Maçonnerie à la résistance aux périls de l’heure.

Le Conseil de l’Ordre doit se mettre au service des loges, pas l’inverse."



Les signataires sont en cours de création d'un site internet intitulé libres-a-ciel-ouvert.org et comptent adresser cette pétition aux loges pour solliciter des soutiens. Issus de différentes régions maçonniques, le groupe se réunit en visio réunion régulièrement afin de travailler sur plusieurs projets : "un journal, des tenues en extérieur, un travail sur les mythes et les sujets scientifiques dans l'intention assumée d'enrichir la symbolique maçonnique et de faire évoluer ses rituels, dans le même bouillonnement fécond de ses origines." Ils peuvent être contactés via leur adresse de courriel libresacielouvert@gmail.com

275 vues0 commentaire